Forum officiellement ouvert, on vous attend ♥

Partagez|
MessageSujet: War Zone Mer 19 Oct - 8:57
Kyu Jae Hayashi
Ce matin-là, Kyu Jae c’était réveillé comme s’il avait dormi pendant trois jours. Ce qui n’était pas totalement faux, en fait. C’était arrivé tellement vite, en fait – en premier il y avait eu Takeshi qui l’avait convoqué d’urgence à l’appartement, il y avait eu des révélations pour le moins choquantes, il avait eu un simili breakdown et puis il s’était vite rendu compte qu’en fait l’autre était super fiévreux. Du coup ils s’étaient arrangés pour le mener jusqu’à sa chambre avait qu’il ne tombe dans les vapes, s’était assuré qu’il était confortablement installé et avait ensuite été crasher sur le canapé une bonne demi-heure pour faire un peu de sens avec tout ce qui se passait dans sa vie depuis la dernière semaine. Après, il s’était levé pour faire un bouillon en se disant que si Takeshi avait choppé la crève il pourrait au minimum manger ça pendant que lui serrait partit à l’université ou au travail et que bon, ça serait une délicate attention et tout. Après, il était allé se coucher parce qu’il était vraiment fatigué émotionnellement et que tout ça l’avait drainé, mais pas avant d’avoir vérifié que Takeshi faisait pas le con et s’était pas levé pour dessiner une page de manga ou une autre niaiserie du genre. Mais non, il dormait. Il devait être vraiment malade le pauvre.

La suite… était pas très claire. Il se souvenait que son réveil avait sonné. Ses draps étaient tous mouillés et il avait plein de sueurs froides, et quand il avait essayé de se lever il avait eu des étourdissements alors il s’était pas rendu bien loin. En tout cas, il se souvenait vaguement avoir appelé un collègue de travail pour lui dire qu’il ne pourrait pas rentrer ce soir-là et, en fait, probablement pour toute la fin de semaine. Il avait remis à plus tard des travaux d’équipe par texto entre deux séries de semi-coma, et en vérité il ne savait pas trop comment Takeshi s’en était sorti, parce que son torse le brûlait quand il respirait et que le chemin pour se rendre à la toilette était tellement pénible qu’il n’avait même pas considéré une seule seconde de se rendre jusqu’à sa chambre. Il se souvenait avoir été manger de la soupe et avoir vu un bol sale sur le comptoir, c’était signe qu’il était en vie, pas vrai?

Le lundi matin, en tout cas, quand il s’était réveillé, c’était partit, peu importe ce que c’était. Il avait été jeté un coup d’œil dans la chambre de Takeshi, mais comme il dormait il ne l’a pas réveillé, mais sa fièvre à lui aussi semblait être descendue alors il avait préparé ses choses comme à l’habitude, laissé un message sur le comptoir avec son heure de retour ce soir-là et était partit reprendre les cours à l’université. La journée fût longue mais, peut-être à cause du sommeil forcé, il n’avait aucune peine à se concentrer et à prendre ses notes, et il était dans une bonne humeur contagieuse, même qu’il avait fait peur à presque personne dans le bus ce soir-là. Juste un mec qui écoutait sa musique trop forte et qui avait crû bon de venir s’asseoir à côté de lui. En tout cas, lorsqu’il fût rendu à l’appartement, il alla direct vers la chambre de Takeshi, mais ce dernier ne s’y trouvait pas. C’était une bonne nouvelle, non? Il devait aller mieux lui aussi. Alors il se contenta de sortir ses cahiers d’étude et de plancher un peu sur ses cours avant que l’autre ne revienne d’on ne sait trop où (mais on pouvait imaginer plein de scénarios), parce qu’il se doutait qu’une fois que Takeshi serait là, il n’aurait plus du tout la tête à se concentrer.

Même, là, il se demandait s’il ne faisait pas un peu de fièvre encore parce qu’il pouvait comme sentir le contact chaud de sa peau et ce n’était définitivement pas normal. Il bu une gorgée d’eau dans l’espoir que ça passerait, et puis non. Il considéra sérieusement le fait qu’il pourrait aller dans sa chambre pour… vous savez… r-e-l-a-x-e-r. Histoire de se remettre les idées en place. Il haussa des épaules; meh, après tout, il était un jeune homme en santé (enfin, plus que dans les derniers jours) et c’était tout à fait normal qu’il pense à ce genre de chose quand il était tout seul, alors il se dit qu’il ferait un petit tour pour s’amuser tout seul.

Et là, l’horreur. Enfin c’était pas si horrible non plus, mais un peu frustrant quand même. C’est genre, quand vous êtes si proche du but mais qu’il manque juste un petit quelque chose pour que tout marche comme vous voudriez? Ben ouais, c’était pas compliqué; maintenant que l’autre bougre l’avait embrassé, il avait pas envie de s’amuser tout seul, et du coup il était frustré. Bravo Kyu. C’est ta faute aussi, si tu avais étudié comme un grand au lieu de vouloir profiter d’un moment de solitude pour fantasmer sur ton colloque aussi, peut-être que ça serait pas arriver. Ah! Karma! En attendant, vaudrait peut-être mieux aller te calmer et penser à autre chose parce que je crois pas que Takeshi soit super content que tu le reçoives comme ça…

Surtout que dans ton calbut super moulant, ça cache pas grand-chose.

Il soupira, fermant les yeux un moment pour calmer les battements de son cœur. Il pourrait aller courir un peu, les endorphines feraient passer la frustration au minimum… mais il ne voulait pas manquer Takeshi si ce dernier avait l’intention de revenir. Il regarda l’heure sur son alarme. Ouais bon; il était arrivé beaucoup plus tôt que ce qu’il avait écrit sur le mémo aussi, fallait pas s’étonner. Il retourna à la salle à manger où ses livres le regardaient en le jugeant et il les ferma d’un geste vif. Du thé. Oui, voilà, il allait se faire une tasse de thé, rien de plus simple pour se calmer l’esprit un peu. Pendant que l’eau bouillait, il sortit son portable et regarda à un courriel non terminé. Un courriel qu’il avait commencé il y avait plusieurs semaines, mais qu’il n’avait jamais envoyé. Parfois, il était super long, genre ça faisait un bon dix pages, et des fois il était réduit à deux lignes. Parfois, même, on pouvait simplement lire un simple ça va? Encore une fois, il posa son curseur sur la page et supprima tout le texte. Il soupira. C’était con, tout ça. Avoir envie de parler à quelqu’un, mais ne pas savoir comment… il allait commencer par essayer de régler les tourments émotionnels causés par la situation avec Takeshi avant de s’embarquer dans ce bateau-là, mais il le ferait.

La porte s’ouvrit derrière lui et son cœur fit un bond dans sa poitrine. Il essaya de ne pas se précipiter vers la porte, mais le derrière de sa nuque le piquait tant il avait envie de se retourner pour voir l’autre. Un tic nerveux agita sa main gauche pendant une seconde, mais il balança sa main dans les airs comme pour chasser un insecte.

-Bon retour! Ça va mieux j’espère?

Et c’est à ce moment-là qu’il réalisa dans quel piètre état l’appartement était, avec les mouchoirs partout, la vaisselle pas faite et la bouilloire qui sifflait.



Kyu Jae Hayashi
-If love is a labor I'll slave till the end-

(c) blackheart & crédits
 
avatar
MESSAGES : 99 ECOLE : Université
HABITATION : Hachiko
un gardien de nuit/étudiant
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: War Zone Ven 21 Oct - 10:17
Takeshi Tsukiyomi

War Zone

KyuTake - Day 06


Ok, je suis désolé, je vous ai complètement laisse sans nouvelle pendant plusieurs longs jours. Faut dire que par ici c’est la fin. La fin de ma petite vie pépère et routinière. Après avoir fini par embrassé Kyu, je l’ai écouté me sortir une longue tirade sur des craintes, je crois… je sais plus, faut dire qu’entre le stress, la fatigue et… la grippe… j’ai finis par faire un blackout. Je sais pas comment mais Kyu s’est démerdé pour me ramener jusque ma piaule. Le pauvre, il était en train de me dire des trucs supers importants pour lui et moi je tombe comme une mouche. Avec quarante de fièvre j’ai pas eu franchement mon mot à dire. Au lit et puis c’est tout. Et ça m’a fait un bien fou d’ailleurs parce que j’ai pioncé pendant trois jours d’affilé. Heureusement que j’avais de l’avance sur mon taff, pour une fois. Bon, ça ne m’a pas empêché d’être en retard au final.

Entre deux siestes et un bol de bouille made in Kyu, j’ai réussis à finir les pages qu’il me manquait. Je n’ai pas croisé Kyu du tout pendant ces trois jours et là j’avais eu un petit mot ce matin au réveil : il était retourné en cours. Damn, il était malade aussi ? Mon éditrice aura refilé sa crève à tout le monde ma parole. En parlant d’elle, il faut que je termine l’encrage de certaine planche, que je rassemble mes affaires, prenne une douche et que j’aille lui porter mon boulot, plus le temps de passer par la poste !

La douche me fit un bien fou. Quand j’ai la crève j’ai toujours l’impression d’avoir cette espèce de couche de crasse sur moi, une douche bouillante m’a vraiment requinqué et même si j’avais encore pas mal le nez pris et le cerveau en bouillie, j’étais d’aplomb pour prendre le métro jusqu’à la maison d’édition.

Une fois arrivée toutes l’équipe du magazine Shojo pour lequel je travaille, une équipe exclusivement féminine, s’est jetée sur moi pour me demander des nouvelles. Mal à l’aise je leur explique que ça va mieux mais que je suis encore contagieux, histoire de les faire fuir.

Après avoir passé une bonne demi-heure à faire du « public relation », je regarde ma montre : Kyu ne devrait plus tarder à rentrer.

Je passe à la pharmacie pour nous reprendre des médicaments, à la supérette pour racheter des bières et quelques bricoles pour faire à manger puis je rentre, les bras chargés de bonnes choses.

A peine passé la porte de l’appartement que Kyu m’adresse un « bon retour ». Merde, je n’avais pas prévu qu’il soit déjà là. Pas franchement eu le temps de me préparer mentalement. Je… fais quoi ? Les bouffées de chaleur que je pensais éradiquées me prennent à nouveau, je mets ça sur le compte de la grippe  et je finis par répondre à Kyu, un peu plus normalement qu’il y a trois jours :

« Je pense que j’suis encore un poil fiévreux, mais rien de comparable à dernièrement. Merci pour le bouillon, ça m’a bien aidé.  »

Je lui adresse un sourire alors qu’il se tourne vers moi. Bordel, tu ne peux pas t’habiller un peu merde. Il ne me laisse aucun répit ce type. J’évite de m’attarder sur la musculature fine de mon colocataire. Probablement pour ça que j’ai toujours aimé le dessiner. Il a des proportions qui s’approchent pas mal de celle que j’affectionne pour mes personnages. Je m’avance dans la cuisine et pose mes sacs de courses sur le plan de travail. Et là, je me rends compte que c’est l’apocalypse aussi, dans l’appartement.

« Mec, depuis quand on a pas fait le ménage ?  »

J’ouvre le frigo et commence à ranger les courses dedans. Il était temps de s’y mettre d’ailleurs parce qu’il était aussi vide que le cerveau d’une gonzesse en chaleur. Et y’a pas plus débile qu’une gonzesse en chaleur.

Une fois ma tâche effectuée, je m’attaque à ranger un peu ce qui traine autour de moi. Est-ce que je ne devrais pas d’abord…. Adresser un mot à Kyu ? Est-ce que je ne me prends pas un peu trop la tête ? Est-ce que mon comportement vis-à-vis de lui doit changer tant que ça ? Je ne sais pas, c’est perturbant tout ça, j’ai jamais été vraiment engagé dans une relation. Même avec les nanas c’était simplement histoire d’avoir un objet sexuel à disposition. Et avec Kyu ce n’est pas ça quoi.

Je finis par me diriger vers mon colocataire et me laisse guider par mon instinct. En plus, j’ai envie de savoir ce qu’il est en train de faire. Plus ou moins inconsciemment, je colle mon torse à son dos pour regarder par-dessus son épaule. Kyu qui étudie ? C’est peut-être une des rares fois, depuis l’académie, où je le vois étudier. Faut dire qu’on passait tellement peu de temps ensemble à l’appartement que lorsqu’on en avait l’occasion on en profitait un max, donc il n’étudiait pas.

« Bon ok j’ai jamais été un génie en cours, mais ton truc ça m’a quand même l’air vachement compliqué…  »

©GOOD MORNING KIBOU - Aimara



avatar
MESSAGES : 814
un mangaka
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: War Zone Sam 22 Oct - 0:40
Kyu Jae Hayashi
-Tu fais encore de la fièvre, hein? C’est pas de bol, fit Kyu en lui adressant un sourire compatissant, mais euh j’imagine que la bonne nouvelle c’est que tu aurais des anticorps de préparés pour la saison froide? C’est une piètre consolation mais j’imagine que c’est quelque chose. Je dois avouer que j’ai bien profité du bouillon aussi, je sais pas c’est quoi que tu avais ni où tu l’as choppé mais apparemment c’est plutôt contagieux? J’ai prit un peu de retard dans mes études alors j’en profitais, mais j’imagine que toi aussi tu dois avoir du retard.

Il soupira, ses épaules s’affaissant un peu plus si possible. Il effleura distraitement une de ses pages de cahier sans vraiment en lire le contenu, le regardant de loin rentrer les courses. Il lui aurait habituellement proposé de l’aider à ranger le tout, mais il sentait un besoin pour tous les deux de se laisser une… distance? D’apprendre à s’apprivoiser, en quelque sorte. Différemment, peut-être. Il s’accouda à la table et déposa son surligneur jaune. Pas la peine de continuer, il n’arriverait pas à se concentrer, alors il se dit qu’il ne ferait qu’une lecture légère et s’y pencherait plus sérieusement plus tard.

-Sérieux, ce serait à toi de me le dire. Si on pense au fait qu’on a été K.O. pendant trois jours, plus le temps que j’ai passé à dormir chez Takashi, je dois avouer que ça fait un max de temps que j’ai pas rangé les trucs dans l’appartement. Du coup comme je suis pas allé m’entrainer ce soir je vais pouvoir m’y mettre sérieusement et ça devrait aller vite, je suis sûr que ça a l’air pire que ce que c’est parce qu’on a pas l’habitude de se laisser aller autant.

Kyu n’avait pas vraiment réalisé que l’autre avait terminé de ranger les courses et qu’il avait déjà entreprit de ranger un peu ce qui trainait dans la cuisine. Il essaya de lire une autre phrase de son cahier, mais le cœur n’y était pas. D’ailleurs, depuis quand est-ce que son cœur battait aussi rapidement? Il n’avait pas porté attention et voilà que ça se mettait à faire des dératées dans sa poitrine. Peut-être à cause des années d’entrainement forcées qu’il avait vécut avec Takeshi, c’était quand même pas si mal. Du genre, il arrivait à penser semi correctement et ses paroles étaient compréhensibles, ce qui était déjà vraiment mieux que ce à quoi on aurait pu s’attendre de quelqu’un d’aussi… sensible? Il sursauta plus qu’il n’aurait voulu l’avouer lorsque l’autre vint se caler contre lui pour regarder ce qu’il faisait. Avec sa mèche blonde qui lui chatouillait la joue et les fibres de son chandail qui frottait contre son dos. C’était quoi l’idée qu’il avait eu, aussi, de se promener sans chandail? Au moins il portait un pantalon, parce que là vraiment ça aurait été… trop. Pour tout le monde. Vraiment une mauvaise idée. Il essaya de porter son attention à son cahier. Qu’est-ce qu’il lisait déjà? Était-ce pour son cours de criminologie? Ah, non, pire encore.

-Ouais, c’est pour mon cours de droit pénal, finit-il par dire lorsqu’il eut réussi à mettre de l’ordre dans ses idées. Et c’est sûr que de commencer à essayer de comprendre en plein milieu d’un cours, ça aide pas, et si c’était pas aussi assommant je te dirais presque que ça va. Mais bon la prof est chouette et…

Il s’interrompit, fermant les yeux pour prendre une grande inspiration avant de faire glisser son poids sur la chaise pour se retourner vers Takeshi, faisant de se mieux pour ne pas flancher alors que son visage était aussi près du sien. C’était quelque chose qu’il devait faire au moins une fois, parce que sinon ça allait pas être tenable comme situation.

-Tu le fais exprès au moins? Dit-il le plus sérieusement du monde en le fixant bien droit dans les yeux.

Il laissa un court silence planer, mais se dit qu’il était peut-être mieux de préciser. Pour la forme, parce que ça valait pas la peine de faire sa chochotte et de laisser des sous-entendus mystérieux, surtout qu’il essayait pas de le lui faire deviner, juste, il était quand même pas assez débile pour pas se rendre compte de ce qu’il faisait… si? En fait, c’était ça le problème : Kyu n’avait pas assez foi en les compétences relationnelles de Takeshi pour assumer qu’il se rendait compte de l’effet qu’il pouvait avoir sur les autres. Il garda son air sérieux, haussant un sourcil.

-Je vais pas te faire un dessin Takeshi. Avec la connaissance vient des responsabilités, ou genre au minimum ça te rend responsable de tes actes. Va pas croire que j’aime pas quand tu t’approches comme ça sans prévenir, hein, le problème en fait c’est l’inverse. Alors comme on dit si tu veux te réchauffer tu approches du feu mais fait quand même attention, ça brûle et je voudrais pas que tu sois surpris après.

C’était dur de garder la façade de dur à cuire (à travers de laquelle tout le monde peut voir, mais lui il a l’impression qu’elle est là… on va lui laisser ça) et de donner un avertissement raisonnable à l’autre quand on le faisait en rougissant comme une donzelle, mais dès qu’il eut finit il tourna son visage vers ses papiers, comme s’il avait l’intention de continuer à parler comme si de rien était.

-C’est quand même mieux que les putains de cours de math pour vrai, au moins ça j’ai l’impression que je vais utiliser ses connaissances là un jour. Mais je pense que je vais arrêter pour tout de suite et faire le ménage, maintenant que j’ai remarqué l’état de l’appartement je peux pas rester sans rien faire.

Il ferma son cahier, fit une pile de ses affaires et poussa sa chaise pour se relever. Il esquissa un sourire à Takeshi, le genre de sourire en coin qui aurait pu être craquant s’il le travaillait un peu plus, mais qui était comme à son habitude honnête. Après tout, il était content d’être là avec lui et avait attendu toute la journée pour ça, alors ça ne valait pas la peine de rester sérieux bien longtemps. Il lui jeta un coup d’œil tout de même, songeur.

-C’est vrai que t’es un peu rouge quand même, si tu es fatigué tu devrais pas trop en faire ou alors la fièvre va revenir. Au minimum tu pourrais aller chercher tes draps pour qu’on les lave, dormir dans de la crasse de fièvre de trois jours pour vrai c’est horrible et je vais laver les miens en même temps.



Kyu Jae Hayashi
-If love is a labor I'll slave till the end-

(c) blackheart & crédits
 
avatar
MESSAGES : 99 ECOLE : Université
HABITATION : Hachiko
un gardien de nuit/étudiant
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: War Zone Ven 4 Nov - 10:38
Takeshi Tsukiyomi

War Zone

KyuTake - Day 06

Ok, bon j’étais capable de me comporter normalement avec lui en fait… Le fait d’avoir dit ce que j’avais a dire a sans doute aidé à me libérer d’un poids que je n’ai pas su porter ces derniers temps. Faut dire que j’avais été plus désagréable encore qu’une midinette en période de menstruation. C’est-à-dire, vraiment ignoble. Et pas qu’avec Kyu Jae… mes éditrices ont pris cher… faut vraiment que je me trouve des assistants, histoire que je délègue un peu… Nan parce que si mes ventes continuent de prendre de l’ampleur, et je dois bien avouer que c’est le but… quand même…  Je ne vais pas pouvoir tenir un rythme de fou comme ça très longtemps.

Je revins de mes pensées « business » alors que Kyu Jae lui expliquait qu’effectivement il y avait du laissé aller mais qu’il allait s’occuper de ça sous peu.

« Mec je vais te filer un coup de main, c’pas comme si je vivais pas ici aussi hein...  »

J’avais bien senti le sursaut de mon colocataire alors que je m’étais approché. Pendant quelques secondes j’avais effectivement oublié que Kyu Jae poireautait depuis un moment, et qu’il souhaitait très probablement m’épargner. Disons que ouais j’étais ptet pas super prêt dans l’immédiat pour qu’il me saute dessus et… Wait, en fait l’idée m’apparaissait pas comme si désagréable. ET CA C’ETAIT FLIPPANT BORDEL.

« Tu le fais exprès ou bien » ?

A la base non, mais je n’ai pas pu m’empêcher ce sourire en coin narquois de venir se dessiner sur mon visage. Mes yeux se posèrent une fraction de seconde sur les lèvres de Kyu, avant de revenir s’ancrer dans son regard.

On en était là alors. La vache je n’aurais jamais imaginé avoir autant d’effet sur Kyu. Je ne suis pas hyper doué pour voir les choses, oui, ok, enfin surtout quand ça concerne mes potes. Parce que sinon j’ai quand même un minimum de lucidité sur l’impact que je peux avoir sur les autres, notamment sur toutes ces gonzesses qui me suivent à la trace. Mais j’avoue que ce genre de détails passe à la trappe lorsqu’il s’agit de mes proches…

Mais là, force est de constater que si, j’ai un effet de dingue sur Kyu. Et je n’aurais jamais cru. J’ai tellement du le torturer pendant ces années…. Je me redresse et abdique. Non pas de peur de me faire sauter dessus mais surtout de remord qui refont surface.  Et puis c’était gênant de voir Kyu rougir pour ça. Il faut qu’on se laisse du temps je présume…

Kyu venait de reprendre la discussion de base. Des cours de droit pénal hein… Bordel le genre de truc qui me parait tellement assommant…  Du droit, mais quelle idée ? Typiquement le genre de truc à apprendre par cœur, et qui fait chier. J’ai jamais été un grand partisan du par cœur. Déjà pas partisan des cours, tout simplement.  Les grands discours ne m’ont jamais touchés, je suis plutôt dans l’action et rarement réfléchit. Ouais, je crois pouvoir assumé mon côté tête brûlée.

Sauf que là, le côté mère poule de Kyu m’agace un peu, je dois l’avouer…

« Kyu Jae, je t’arrête tout de suite…  »

J’ai fait machinalement un pas vers lui, oubliant presque l’avertissement qu’il venait de me donner. De toute façon il n’avait pas l’air crédible, on ne dit pas quelque chose comme ça en rougissant. C’est juste tendre le bâton pour se faire battre ça. Je te connais trop bien pour y croire à cette carapace de gros dur… Limite ton « avertissement » mon grand, c’était une invitation pour le pervers que je suis.

« Mes draps sont changés, je l’ai fait en partant ce matin. Et par pitié, épargne moi ce côté mère poule…. »

Encore un pas , cette fois un autre sourire se dessine sur mon visage, toujours narquois, mais… un poil provocateur également… On aurait pu croire que j’allais le pousser dans ses retranchements, niveau self control, mais il était juste tellement pas prêt…

« Sinon je t’appelle Môman. »

Sourir d’idiot à l’appuis, cette fois. J’étais fier de mon coup, et la tête qu’il faisait était juste trop worth même s’il se mettait à bouder derrière ! Comme pour me faire pardonner, mes lèvres vinrent se poser gentiment sur les siennes avant que je retourne dans la cuisine pour finir de la ranger.

©GOOD MORNING KIBOU - Aimara



avatar
MESSAGES : 814
un mangaka
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: War Zone Ven 4 Nov - 14:18
Kyu Jae Hayashi
Il aurait vraiment voulu avoir une bonne réplique à lui lancer, là maintenant tout de suite. Pouvoir lui répondre quelque chose de bien pensé. Mais dans l’état où il était, il avait du mal à aligner deux pensées cohérentes de suite. D’un côté il se disait, je suis pas ta mère je suis un mec, de l’autre y’avait une alarme dans sa tête qui lui criait DANGER sans cesse et encore il se disait, mais putain, je voudrais bien que ce baiser dure un peu plus longtemps. Bon, son côté faux thug avait vraiment pas l’air d’impressionner Takeshi et ce n’était pas vraiment surprenant à bien y penser, ça sentait la merde à des kilomètres à la ronde mais il était pas obligé de se la pêter non plus. Et puis ce sourire, ça le tuait à chaque fois. Ça faisait fondre son cœur comme du chocolat pendant la canicule. On aurait pu croire que le sourire provocateur était celui qui le mettait dans tous ses états (enfin si un peu quand même), mais c’était vraiment son sourire de débile profond qui enfonçait le clou dans le cercueil à chaque fois. Takeshi avait déposé un baiser tout doux sur ses lèvres, si volatile qu’il eut à peine le temps de lever les bras que l’autre était déjà partit vers la cuisine, le laissant sur sa faim. Et il avait une faim de loup qui n’avait pas mangé depuis des semaines. Sauf qu’il n’était pas un animal, aussi se contenta-t-il de grogner sa désapprobation par rapport au nouveau surnom que Takeshi menaçait de lui donner.

-Je vais arrêter de te materner quand t’auras plus besoin que je le fasse.

Ouais, il boudait. Mais en fait c’était plus compliqué que ça; Kyu il le maternait toujours un peu parce qu’il avait jamais vraiment eu d’autre manière de lui montrer qu’il tenait à lui comme un peu plus qu’un pote normal. Ça l’agaçait, mais au fond celui qui avait besoin d’être materné, c’était pas vraiment Takeshi. Mais hey; loin de lui l’envie de l’avouer. Sauf que voilà, en fait, que Takeshi lui dise ça, ça lui fit bien plus peur que ce qu’il voulait l’avouer. Parce qu’il savait très bien pourquoi son père l’avait mis dehors. Parce que, justement, il n’en pouvait plus de voir son fils agir comme s’il devait absolument le protéger. Et il commençait à se demander si -si, au fond, il refaisait pas les mêmes conneries avec tous les gens autour de lui, jusqu’à les étouffer. Il resta là un moment à fixer le mur, les bras ballants. Est-ce que Takeshi allait se lasser, lui aussi? C’était pas la première fois qu’il lui disait qu’il avait pas à s’occuper de lui. Il ne savait juste pas comment lui dire que même si c’était maladroit de sa part, qu’il ne voulait pas que ça soit comme ça? Il soupira. Probablement qu’il pensait trop. Après tout, Takeshi l’avait dit à la blague, il ne devait pas être sérieux. En tout cas pas pour le moment. Il le regarda furtivement et il se sentit un peu trop… à découvert. Alors il alla dans sa chambre, enfila un t-shirt propre et enleva les couvertures de sur son lit pour aller les mettre à la machine. Ça ferait déjà ça de fait. Après coup il alla attaquer le salon, mais vraiment c’était pas si mal comparé à la cuisine.

Il s’y glissa donc et fit couler de l’eau savonneuse dans le lavabo pour commencer à nettoyer les différents bols et ustensiles qui trainaient dans la place, sans parler des verres et tasses. Au moins pour le coup ils avaient pas vraiment utilisés de poêles alors c’était déjà pas si mal. Il sortit le sèche-vaisselle et y déposa le premier morceau. Pour une raison qui lui échappait, avoir les deux mains dans l’eau chaude ça l’aidait à se détendre.

-Du coup tu es sorti pour aller voir tes éditrices? Elles t’ont pas passé un savon j’espère?

En fait, ce qu’il ne disait pas mais voulait vraiment dire, c’est qu’il avait super hâte de lire la prochaine parution. Mais c’était un peu gênant de dire à votre crush et colocataire que vous possédiez en cachette deux exemplaires de toutes ses publications, alors il préféra éviter le sujet largement. Il continua quand même à laver les plats, ronchonnant sans s’en rendre compte parce qu’il pensait à des trucs embêtant. Lorsqu’il eut fini d’empiler la vaisselle, il procéda au lavage des comptoirs qui avaient été débarrassés par les soins de Takeshi et vida finalement l’eau de l’évier. Il s’étira en tendant les bras vers le plafond, sur la pointe des pieds, et manqua perdre son équilibre. Probablement une chute de pression minime, mais quand même il se sentait un peu con. Il s’accouda sur le comptoir, pensif. Il plissa des yeux et fixa Takeshi vraiment, vraiment longtemps. Avant de s’approcher de lui sans crier gare et de soulever sa couette devant ses yeux.

-C’est marrant. Ils disent que les yeux sont la porte vers le cœur, mais tout ce que j’arrive à voir dans les tiens c’est mon reflet…

Bam. Voilà, Kyu avait finalement fait sa réplique mordante. Dans tes dents Takeshi, essai de battre ça pour voir. Bon ok ça fait hyper présomptueux mais c’est tout ce à quoi il avait réussi à penser, même après tout ce temps.



Kyu Jae Hayashi
-If love is a labor I'll slave till the end-

(c) blackheart & crédits
 
avatar
MESSAGES : 99 ECOLE : Université
HABITATION : Hachiko
un gardien de nuit/étudiant
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: War Zone Ven 4 Nov - 16:46
Takeshi Tsukiyomi

War Zone

KyuTake - Day 06

Et voilà, touché ! J’avais réussis à le faire bouder. Gros vilain que je suis. Bouh que je suis méchant.. Aheum… Je débarrassais les plans de travail dans la cuisine en sifflotant. Kyu Jae était partit enfiler un T-shirt visiblement. Je l’ai vu ensuite les bras chargés de ses couvertures pour se diriger vers la salle bain. Il allait probablement y faire une machine. Peu de temps après j’entendais effectivement la machine à laver le linge s’enclencher et je voyais mon Kyu Jae arriver dans la cuisine.
Alors que je terminais de ranger ce qui s’était tassé autour, mon colocataire s’était mis, lui, à faire la vaisselle. Jusqu’à ce qu’il se mette à me demander si mes éditrices m’avaient passé un savon.

Je haussais les épaules tout en rangeant les céréales dans le placard. Puis, après m’être tourné vers lui, je prenais à nouveau la parole :

« Nan, pas vraiment, j’avais de l’avance en fait donc j’étais à peine en retard. Et puis vu que c’est un peu beaucoup Mahiru qui m’a refilé sa crève, elle n’avait rien à me dire. Et puis Akiko est tellement adorable que jamais elle ronchonne après moi. »

Il est vrai que la différence entre les deux femmes était monstrueuse. Mahiru était une femme sèche et exigeante. Akiko était peu sûre d’elle et timide. A se demander comment elle pouvait travailler avec des éditeurs de Yaoi. Pour le coup j’aurais vraiment pensé, quand on me les as présenté en arrivant à la maison d’édition de Kibou, que ça aurait été l’inverse.

Chacun de leur côté, ils avançaient bien. Kyu avait même finit la vaisselle et s’étirait comme un ours sort de l’hibernation. Mal réveillé, l’ours, cela dit parce qu’il perdit l’équilibre. Moi, étant derrière, son dos atterrit une nouvelle fois sur mon torse. Je ne pus m’empêcher de lui sortir une vanne… en posant mes mains sur ses hanches. Bouh le vilain.

« Qui donc cherche à se brûler, rappelle moi ? »

M’enfin, Kyu s’est libéré de mon emprise, avec toujours cette tête qui vaut largement le coup de prendre des risques. L’autre repris son calme un poil trop vite à mon goût… avant de me sortir une réplique…. OMG…. J’ai mal à mon âme de mangaka…
« Kyu….. Si c’est une manière de quémander un “Je t’aime”, c’est très indélicat. A croire que t’as pas assez lu mes mangas…. Même dans mes Yaois ils sont plus délicat !! »

Je me retiens de rire, il est trop. Et le voilà qui boude à nouveau. Il va me tuer. J’adore quand il boude, en fait…. Et voilà que je m’avance vers lui, jusqu’à ce que nos corps soit l’un contre l’autre. Je vais même jusqu’à le forcer à reculer pour que mes mains viennent se poser sur le plan de travail contre lequel il était appuyé jusque-là. Nos nez se frôlent légèrement puis je viens, à nouveau, poser mes lèvres sur les siennes, plus longuement cette fois.

Je ferme les yeux pour apprécier le moment un peu plus longtemps. Mon cœur bas un peu plus vite. Il m’énerve. Je quitte ses lèvres pour que les miennes aillent chatouiller sa nuque. Ça lui fera les pieds à cet idiot. Ça devrait être interdit d’être aussi tentant. Fuck me.

©GOOD MORNING KIBOU - Aimara





avatar
MESSAGES : 814
un mangaka
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: War Zone Ven 4 Nov - 22:20
Kyu Jae Hayashi
-Oh tu sais moi ça fait longtemps que je m’y frotte j’ai une résistance au feu…

Un frisson, quand même, vient s’accompagner de cette déclaration, et il se défait de son emprise bien vite, réussissant dans le mouvement à reprendre une tête semi-décente. C’était bien drôle une première fois de faire une tête de pivoine mais ça commençait à bien faire, le sang il était pas supposé être là tout le temps et sa tête allait finir par exploser. Puis bon comme il portait un chandail c’était un poil plus facile quand même. En fait c’était faux parce que jusqu’ici ce feu-là ne brûlait pas vraiment. Enfin, sure, s’il c’était trop rapproché ça aurait fait mal mais pas de la même manière. Il y avait pas de tentation pour l’autre. Kyu aurait bien voulu dire que ça ne marchait pas comme ça en fait parce que lui ne voyait pas dans quel monde l’autre aurait pu faire quelque chose qu’il n’était pas prêt à accepter, dans la mesure du raisonnable.

-J’essayais pas de quémander quoi que ce s-

Et puis là, voilà, il avait même pas au le temps de finir de protester et de faire mine de faire la gueule que l’autre s’approchait dangereusement de lui. Du coup par réflexe il eut un mouvement de recul et ses fesses se frottèrent bien vite contre le haut du comptoir. Y’a pas que le comptoir qui se frotta à lui puisque pas deux secondes plus tard il pouvait sentir le corps de Takeshi contre lui et une petite voix dans sa tête lui disait que quelque chose de pas normal se passait. Je veux dire il venait de lui dire qu’il venait d’être super pas subtil, alors pourquoi est-ce que maintenant il pouvait sentir son nez se frotter contre le sien? À vrai dire c’était une sensation nouvelle et il aimait bien. Encore un maudit frisson, mais il n’eut pas le temps de s’y attarder parce que des lèvres un poil plus insistantes vinrent demander leur dû et que ça faisait plutôt son affaire. C’était quand même mille fois mieux que de bouder, alors au final, là, il retenta sa chance et enroula ses bras autour de la taille de Takeshi. C’était une drôle de sensation, probablement, parce que ses mains étaient vraiment chaudes à cause de l’eau. Lui il aimait le contact de l’étoffe sur la paume de sa main, mais s’il avait eu le temps d’être plus insistant peut-être qu’il se serait quand même glissé sous.

Mais au final c’est pas important de savoir s’il l’aurait fait ou non, parce qu’il n’eut pas le temps de se rendre jusque-là. Les lèvres quittèrent les siennes -un petit grognement en guise de protestation, rien de bien méchant- pour venir se déposer sur la nuque. C’est là que ça devient super drôle, parce que son cerveau a mis vraiment longtemps à calculer ce qui était en train de se passer, mais son corps lui a tout de suite compris si vous voyez ce que je veux dire. Kyu, c’est un sensible. Kyu le dira pas, mais il aime les câlins, les caresses, les bisous. Mais son cou, c’était une zone vraiment sensible. Encore heureux, il l’avait pas mordu parce que l’autre aurait probablement eu vraiment peur de sa réaction. C’était pas le seul endroit de son corps qui était comme ça, y’avait aussi un genre de spot entre ses omoplates qui était vraiment sensible pour une raison obscure. Mais bon voilà, Kyu avait eu le temps d’oublier, parce que de toutes manière c’est pas comme s’y y’avait des masses de personnes qui s’y étaient attardés quoi. Du coup il n’était vraiment pas préparé mentalement. Et quelque chose de vraiment gênant arriva. Bon, on dira que le fait que ses genoux ont simili lâchés l’espace d’une seconde est gênant mais comme ses bras se sont mis à serrer Takeshi plus fort contre lui, probablement que l’autre n’avait même pas remarqué ce détail. Non. Ce qui était gênant, c’était ce bruit infâme que sa gorge avait produit. Un son beaucoup trop aigue pour son amour propre, certes. Un son vraiment pas approprié, et bien qu’il fût relativement bref il n’y avait simplement AUCUNE chance que l’autre ne s’en soit pas rendu compte.

Son bras droit vint quitter son dos pour se déplacer délicatement vers sa mâchoire et la déplacer. Il posa sa paume sur son cou pour le frotter, mais du coup il avait l’impression que l’endroit où les lèvres s’étaient posées était électrifié. Il enfouit sa tête dans le torse de Takeshi, humant son odeur pour se calmer un peu. Relax- ça allait bien arriver un jour qu’il se disait. Oui, mais aussi tôt, comme ça, c’était obligé? L’autre allait le prendre pour un pervers c’est sûr. Bon ok, vous direz, Takeshi était pas particulièrement blanc comme neige non plus mais c’était pas chouette. Si ça continuait, en fait, il allait finir tétanisé de peur et de remord et en fait il savait pertinemment que c’était pas une option viable à long terme, aussi il décida de faire exactement l’inverse. D’être plus courageux que le courage lui-même. Ou de quoi de même, dans sa tête ça sonnait bien comme concept mais dans les faits il tremblait probablement un peu lorsqu’il vint déposé sa joue droite sur cette de Takeshi. Il pouvait sentir ses cils sur sa peau, c’était une drôle d’impression. Il se dressa légèrement sur ses pieds pour atteindre son oreille.

-Je t’aime.

Étrangement ça lui fit un bien fou de le dire enfin. Comme si le fait de l’avoir sous-entendu mais jamais vraiment dit ça le rendait encore plus maladroit, et là maintenant que c’était dit il avait l’impression qu’après ça il pouvait difficilement faire pire. Il prit une grande inspiration et déposa sa tête sur l’arc de son épaule. Il l’aimait tellement et ça avait fait mal si longtemps, mais c’était égoïste de le présenter sous cet angle parce qu’en fait ça lui avait toujours fait plus de bien que de mal. Il le serra un peu encore, comme pour lui dire qu’il n’avait pas le droit de s’en aller, en tout cas pas s’il avait son mot à dire.



Kyu Jae Hayashi
-If love is a labor I'll slave till the end-

(c) blackheart & crédits
 
avatar
MESSAGES : 99 ECOLE : Université
HABITATION : Hachiko
un gardien de nuit/étudiant
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: War Zone Sam 5 Nov - 0:25
Takeshi Tsukiyomi

War Zone

KyuTake - Day 06

Je soupire à demi amusé alors que Kyu Jae prétend avoir une pseudo résistance au feu. La grosse blagounette quoi. On repassera pour la crédibilité. Et avant qu’il ne termine sa phrase et ne mette encore a mal sa crédibilité, j’avais préféré l’embrasser, again. Les bras de mon colocataire, et meilleur ami, s’enroulèrent autour de ma taille. Aussi, je me penchais un peu plus sur lui alors que mes lèvres insistaient un peu plus auprès de leur consœur avant d’aller s’enfuir dans la nuque de Kyu qui, visiblement, ne put contenir une certaine… satisfaction ?

Un frisson me parcouru l’échine, c’était une sensation vraiment étrange. Comme si je le redécouvrais complètement. Pour le coup, je pense avoir découvert un point sensible chez Kyu Jae, et c’était toujours intéressant à savoir. L’autre posa d’ailleurs sa paume de main contre sa nuque, allez savoir pourquoi. Le fait est que ça m’empêchait complètement de pouvoir accéder à nouveau à cette zone pour aller titiller encore un peu plus Kyu Jae.

Sauf qu’il vint lover sa joue contre la mienne, et là, je ne sais pas pourquoi, mais j’ai eu un pressentiment. Le genre de sale pressentiment… Et je n’avais pas totalement tort. Voilà, mon meilleur ami venait de lâcher les « mots interdits ». Ces trois petits mots tout simples qui auraient ravi la plupart des personnes. Parce qu’en soit, oui, j’ai des sentiments pour lui, je le sais. Mais acter ça par un « je t’aime »… Ca fait trop officiel. Et s’engager comme ça…

Je vous arrête tout de suite, ce n’est pas une question que l’on soit meilleurs amis, de base, ni même que ça soit un mec. J’ai toujours eu une trouille bleue de l’engagement. C’était comme si j’avais reçu une décharge électrique. J’étais complètement figé. Pourquoi dans ces cas-là, alors qu’au final ça n’est qu’une affirmation. Cette formulation, grammaticalement parlant ne demande pas particulièrement de réponse. Pourtant, c’est gravé dans la convention de Genève, qu’au pire, il est de la bienséance qu’on doit au moins répondre « Moi aussi ». Enfin surtout si c’est vrai.

Le problème avec moi, c’est qu’effectivement, oui, c’est vrai. J’en suis sûr maintenant. Mais je n’arrive pas à le dire. Je pensais que Kyu me connaissait suffisamment pour ne pas me demander ça. Pas tout de suite du moins… Pas au bout de trois jours quoi ! J’ai l’impression que mon corps tout entier s’est calcifié. Je ne peux plus bouger. Aller quoi dit un truc… Tu vas lui foutre la trouille si tu dis rien. Il va encore ruminer toute sa life…

Ou alors il le sait très bien et c’est une petite vengeance personnelle, même si je n’ai aucun doute sur les sentiments qu’il peut avoir à mon égard. Et j’ose espéré qu’il est quand même conscient que c’est obligé pour moi d’avoir des sentiments pour lui. Je suis un gros coureur de jupon depuis l’académie, et là, je me met à l’embrasser lui, un mec quoi ! Genre c’est pas possible autrement que je ressente des trucs !

Il vient de me mettre dos au mur, ça me stress, j’ai la bouche pâteuse, en fait non c’est pire que ça, j’ai du plâtre dans la bouche.

Je suis vraiment pas fait pour la parlote. Que ça soit pour les grands discours pour pour… ça.

Je l’ai dit tout à l’heure, je suis plutôt un homme d’action. Je souffle un coup pour dénouer mes épaules. Kyu me connait, il n’attend pas forcément de ma part une véritable réponse tout de suite, je suppose. Après 7 ans de poireaute, il est probablement capable encore un peu si je lui donne de quoi se mettre sous la dent, pas vrai ?

La main gauche toujours appuyée sur le plan de travail, ma main droite vient saisir le menton de Kyu Jae entre l’index et le pouce avant que mon visage ne s’avance vers le sien. Mon corps se love un peu plus contre le sien et je finis par poser mes lèvres sur les siennes, à nouveau, de manière plus entreprenante. Jusqu’à ce que ma langue demande à jouer avec sa consœur.

Et bordel, je n’aurais jamais cru que rouler le patin de sa vie à mon meilleur ami serait aussi exaltant. Je n’ai pas envie que ce moment s’arrête…

©GOOD MORNING KIBOU - Aimara




avatar
MESSAGES : 814
un mangaka
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: War Zone Sam 5 Nov - 0:59
Kyu Jae Hayashi
Il avait cette drôle d’impression, comme si les épaules de Takeshi s’étaient soudainement relâchées, et c’est à ce moment-là qu’il perçu la tension qui l’habitait. En fait, il n’était pas tout seul à ne pas trop savoir comment gérer, pas vrai? Enfin, probablement qu’il imaginait des trucs, mais il n’eut pas le temps de vraiment s’y attarder que déjà Takeshi lui prenait le menton. Déjà, il savait pas trop pourquoi mais ça le rendait fou quand il faisait ça, en mode je fais te faire quelque chose de coquin et il est pas question que tu m’évites. Pas comme s’il aurait eu l’idée ou la volonté de l’éviter, vraiment, mais le geste en soit avait quelque chose qui venait titiller son esprit un peu pervers. Aller savoir pourquoi. Et il adorait ce moment en fait, celui juste avant que des lèvres se posent sur les vôtres, ce moment d’attente qui ne dure jamais si longtemps mais où le temps ralentit un peu. En tout cas il fût bien servit, et lorsqu’on l’invita à une partie d’hockey avec ses amygdales il ne se fit pas prier. Ça dura plus longtemps qu’il ne pouvait s’en souvenir, mais en même temps justement parce que tout devint un peu blanc dans sa tête ce n’était pas assez. C’est qu’il était avare en fait le petit. Sauf qu’à un moment, il commença à suffoquer. Un peu parce que Takeshi en avait profité pour se pencher un peu plus sur lui, le forçant à se plier vers l’arrière parce qu’au fond ils avaient la même grandeur. Un peu parce qu’ils étaient tellement près qu’inévitablement leur chaleur corporelle augmentait. Un peu parce qu’il respirait au ralentit. Un peu parce que son cœur battait à la chamade; parfois, même, il pouvait l’entendre sauter un bon.

Sauf que même si la tête commençait à lui tourner, il ne voulait pas arrêter. C’était à celui qui aurait plus d’endurance faut croire parce que l’autre non plus ne semblait pas être sur le point d’abandonner. Sauf que voilà, un autre petit détail arriva à faire chemin jusqu’à son cerveau. Il se sentait à l’étroit. Mais vraiment à l’étroit, et puis l’information fit son petit bout de chemin jusqu’à ce que ça fasse OMG IL VA SE RENDRE COMPTE QUE J’AI UNE-

Ouais, du coup c’était un peu loupé pour le romantisme, pour son égo et pour ne pas faire peur à l’autre. C’était juste pas possible dans cette position de se déplacer un peu pour qu’il ne remarque rien -il était probablement trop tard, soyons réalistes- alors il profita du fait qu’un de ses bras ne l’entourait pas pour se glisser hors de sa portée. Il avait le souffle court en passa une de ses mains libres dans ses cheveux pour essayer de remettre de la place dans ses idées, ce qui était plutôt facile vu qu’il ne pensait à strictement rien. Les idiots sont les plus heureux après tout.

-Je pense qu’il va me falloir une pause, pardon, dit-il en riant un peu nerveusement.

Il sembla hésiter comme un moment et déposa un baiser léger sur ses lèvres avant de se tourner vers le salon et d’aller s’assoir sur le sofa. En fait c’est pas tant qu’il s’assit qu’il se laissa choir comme une baleine à la dérive. Avec un coussin attrapé au passage dans ses bras qui, étrangement, reposait maintenant sur ses jambes. C’était juste pas possible, il avait plus 14 ans quand même il devait se reprendre.



Kyu Jae Hayashi
-If love is a labor I'll slave till the end-

(c) blackheart & crédits
 
avatar
MESSAGES : 99 ECOLE : Université
HABITATION : Hachiko
un gardien de nuit/étudiant
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: War Zone Dim 6 Nov - 2:05
Takeshi Tsukiyomi

War Zone

KyuTake - Day 06

Ce moment sembla durer des heures. On est pourtant bien loin de tout ça. Les yeux fermés, concentré sur ce moment partagé avec Kyu Jae, j’étais à demi absent. Un peu comme sur une autre planète, où j’en avais rien à battre et me contentait de faire ce qui me passait par la tête.

Kyu semblait également bien profiter de ce moment rien qu’à nous. Mon cœur battait à cent à l’heure. J’avais franchement l’impression qu’il allait se barrer de ma cage thoracique avec ses petites valises, se tourner vers moi pour me faire un gros doigt avant de se barrer en vacance à Tatawin.

Sauf que voilà, mon cher colocataire avait comme qui dirait un léger problème. Et je pense que j’ai percuté plus vite. M’enfin je n’allais pas m’enfuir en courant et puis c’était quand même relativement… « Humain ». Fin je veux dire, personne n’est capable de contrôler « ça ».

Alors que j’avais décidé de complètement ignorer la chose, Kyu Jae venait de percuter et échappa à mon étreinte. Un grognement d’insatisfaction s’échappa de ma gorge. Osef bordel… Une pause ? Nan mais genre ! Je grogne à nouveau alors qu’il dépose un bisou volage sur mes lèvres. Ce à quoi je réponds en essayant de lui mordre la lèvre inférieur. Mais vla t’y pas que mon Kyu se sauve sur le canapé en se collant un coussin sur les cuisses. Je lève les yeux au ciel en souriant avant de venir m’assoir à côté de lui.

On va être sympas, pour une fois et pas le coller encore plus dans l’embarras, et puis si je déconne trop je vais finir dans la même situation et j’vais tellement pas assumer…. Faut pas mettre la charrue avant les bœufs, faut pas déconner.

« Pour calmer le jeu, tu veux voir le pilote de Love and Chocolate ? J’ai récupéré une copie à la maison d’édition tout à l’heure ! »

Pour le coup avec de la niaiserie ça pouvait que calmer le jeu, en espérant simplement que ça le rendrait pas complètement guimauve… OUI JE SUIS MANGAKA, J’ECRIS DES SHOJOS ET J’AI PAS ENVIE DE GUIMAUVE ! Faut me comprendre bordel, je vie, non pardon, je nage dans la guimauve depuis genre des années ! Pitié quoi ! Un peu dans ma private life ok mais pas trop, please…

J’enfilais donc le CD dans le lecteur et j’allumais la télé en récupérant la télécommande. En revenant vers le canapé, je me laissais choir comme le gros déchet que je suis et je mettais en route le DVD.

Je jetais cependant des regards en biais à Kyu Jae pour voir un peu ses réactions. Il avait toujours été mon premier cobaye avec mes publications, je voulais avoir son avis sur ce pilote, parce que y’avais quand même des différences entre l’œuvre originale et l’anime. Déjà l’animation effaçait un peu, je trouve, ma pâte graphique, mais l’esprit des personnages était bien ancré tout de même, c’est ce qui me laissait, de fait, perplexe.

Bon et puis plus le temps avançait et moins j’étais concentré sur ce fichu pilote. Damn, on ne tiendra pas un mois sans se sauter dessus…. Et le pire, c’est que ça sera même pas la faute de Kyu.

Je suis irrécupérable.

©GOOD MORNING KIBOU - Aimara




avatar
MESSAGES : 814
un mangaka
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: War Zone Dim 6 Nov - 14:59
Kyu Jae Hayashi
Il pouvait voir un peu d’exaspération dans ses manières, mais c’était le genre d’exaspération qui était affectueuse, qui ne se voyait que chez les gens qui pouvaient comprendre vos maladresses et les acceptaient, alors ça le fit sourire à son tour. Au moins, il n’était pas vraiment fâché qu’il se soit désisté comme ça, et à quelque part il devait savoir aussi bien que lui qu’ils étaient probablement pas prêts de gérer cette situation. Alors quand l’autre vint se planter dans le sofa à une distance raisonnable, même s’il avait cruellement envie de se lover contre lui il résista à la tentation. La modération a bien meilleur goût, qu’ils disent. Et n’était pas nécessairement super d’accord en ce moment mais il y avait probablement un peu de vérité là-dedans.

-Oh, chouette, une primeur. Je vais rendre toutes tes fans jalouses.

Il s’arrêta un instant.

-Ouais quoiqu’en fait je crois que ça fait longtemps que ce truc-là est scellé. Je sais pas pourquoi mais j’ai l’impression que mon espérance de vie vient de drastiquement baisser…

Il se mit à rire tout seul alors que Takeshi enfilait déjà le dvd dans la machine et ouvrait le téléviseur. Il se cala plus confortablement, installant ses jambes sous lui et accotant sa tête sur le rebord du sofa. Il regarda d’un air plutôt sérieux en fait et après quelques minutes il se rendit compte que son air hyper concentré allait probablement troubler Takeshi alors il essaya de se mettre un air autre sur le visage, mais tout compte fait avec sa resting bitch face ça ne dura pas bien bien longtemps. À certains endroits il semblait serrer le coussins un peu plus fort contre lui, mais c’était probablement difficile de dire pourquoi.

En fait c’était pas bien compliqué. Souvent, il avait vu Takeshi passer des nuits blanches à écrire le scénario, faire les dessins, plancher pour tout faire à temps. C’était pas que ce qu’il écoutait n’était pas bon en soit. Loin de là. S’il n’avait jamais connu Love & Chocolate et qu’il le voyait pour la première fois, il aurait probablement été vendu à la franchise. Enfin, autant qu’il pouvait être vendu à un shojo quand même, mais l’idée était là. Sauf que voilà, pour lui Love & Chocolate c’était plus qu’une série parmi tant d’autres parce que c’était celle que son meilleur ami avait créée de ses propres mains et que pour lui, rien que quelqu’un d’autre faisait ne pouvait réellement rendre justice au travail. Ok, c’était ses dessins, mais… Dans sa tête, les voix n’étaient pas pareilles. Parfois plus douces, parfois plus expressives. Souvent il y avait un minuscule détail qu’il avait remarqué dans l’histoire à force de relire trop souvent, sois un élément d’arrière-plan qui n’était pas là ou une expression qui n’était pas tout à faire pareille. C’était peut-être le retour en arrière aussi, de recommencer à zéro, qui faisait que c’était plus difficile pour lui. Mais c’était ce sur quoi Takeshi travaillait alors il ne détestait pas ça non plus, c’était juste pas nécessairement ce qui répondait le plus à ses attentes (qui étaient bien trop hautes de toute manière). Sauf que voilà, quand même, Kyu avait un minimum de tact alors au lieu de répondre un ‘meh’ à la fin il essaya quand même de mettre de l’ordre dans ses pensées avant de dire quoi que ce soit. Et il essaya d’avoir l’air un peu moins sérieux aussi.

-Ça me fait tout drôle en fait. Je veux dire je reconnais l’histoire et les personnages sont super bien représentés mais dans ma tête j’avais ce feeling vraiment particulier et il semble pas être tout à fait pareil dans l’adaptation. En fait ça me fait me demander si depuis tout ce temps j’ai pas du tout compris ce que t’essayais de faire ressentir en fait, va falloir que je me remette à la lecture avec cette nouvelle perspective en tête.

Il lui lança un regard en coin.

-Par contre je t’avertit d’avance le meilleur ami il a mieux d’avoir le best fucking voice actor du monde sinon je vais le prendre mal…



Kyu Jae Hayashi
-If love is a labor I'll slave till the end-

(c) blackheart & crédits
 
avatar
MESSAGES : 99 ECOLE : Université
HABITATION : Hachiko
un gardien de nuit/étudiant
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: War Zone Mer 28 Déc - 1:00
Takeshi Tsukiyomi

War Zone

KyuTake - Day 06

LA remarque de Kyu Jae me fit rire. Effectivement, j’avais pas mal de fangirl un poil hystérique parmi la communauté qui s’était créée autour de mon mangas. Déjà que le peu de fois où on était sortis tout les deux y’a pas mal de Nana qui n’avaient pas pu s’empêcher de poser des questions…. Kyu va avoir les oreilles qui sifflent si jamais ça vient à se savoir, d’une manière ou d’une autre. Non pas que je vais « cacher » ma relation mais je ne pense pas qu’on en soit à se tenir la main dans la rue. En tout cas pour ma part c’est un peu too much pour le moment.

Mon colocataire, meilleur ami et en même temps… non je ne vais pas encore mettre de mot sur ça, mais vous saisissez l’idée, bref, KYU JAE, voilà c’est très bien ça, Kyu Jae, donc, c’était plongé dans l’analyse du pilote et tout comme moi, il semblait dubitatif. Après le visionnage Kyu me fit part de son avis alors que je hochais de la tête de temps à autre pour marquer mon accord. J’allais d’ailleurs partager également mon avis mitigé avec lui quand mon téléphone se mit à vibrer une première fois. Je décidais d’ailleurs de parfaitement l’ignorer pour pouvoir continuer à discuter avec Kyu Jae.

«Je trouve effectivement qu’il manque quelque chose mais je pense que ça vient surtout du fait que l’animation bride un peu l’imagination. Ou plutôt, selon ce qu’on imaginait en ayant la version papier sous les yeux, ça s’en trouve altéré et on peut peut-être être déçu…»

Je faisais une courte pause pour observer Kyu Jae. Voir qu’il prenait au sérieux ceci me faisait vraiment plaisir, parce que c’est un gros projet, qui me tient particulièrement à cœur puisque c’est une grosse étape dans ma carrière de mangaka.

Machinalement, je me dirigeais vers la cuisine pour nous faire couler un thé vert avant de revenir avec les deux tasses. Je me rassis ensuite aux côtés de mon colocataire, plus près que précédemment, de sorte que nos cuisses se touchent. Maintenant qu’on avait échangé la dessus, j’avais la folle envie de reprendre là où on en était dans la cuisine, mais c’était pas raisonnable.

Mon téléphone vibra alors à nouveau, me faisant tiquer. Je bus une longue gorgée de thé avant de finir par lancer un regard désolé à Kyu Jae.
Au bout du fil, mon éditrice. Celle des Yaoi, qui avaient d’ailleurs l’air complètement paniquée. Le magazine du mois devait être bouclé ce mois-ci mais un des auteurs ayant été malade, il restait pas mal de pages à combler. Elle m’appelait alors au secours pour récupérer des histoires courtes que j’avais, à tout hasard, en stock. Or, des oneshot, j’en ai, mais des trucs qui datent un peu et qui seraient à remettre au goût du jour…

Et puis lequel sélectionner…. Ça c’est une autre paire de manche…

J’avais plus qu’à me mettre au boulot, en bredouillant des excuses auprès de Kyu Jae.


©GOOD MORNING KIBOU - Aimara




avatar
MESSAGES : 814
un mangaka
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: War Zone
Contenu sponsorisé
War Zone
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Agriculture en zone urbaine face au deficit d'infrastructure
» La zone métropolitaine contribue à 90% à la recette fiscale
» Zone de stockage
» Forêt interne de Konoha - Zone interdite
» Vidéos Zone litigieuse et opération des gardiens d'anachore


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING KIBOU :: Transports et Habitations :: Immeubles :: Hachiko :: Appartement Tsukiyomi & Hayashi-
Sauter vers: