Forum officiellement ouvert, on vous attend ♥

Partagez|
MessageSujet: Yaay, let's repair stuff and destroy society ! Sam 14 Jan - 1:16
River Asimov

Yaay, let's repair stuff and destroy society !


« Merci, vie de merde, pour me montrer jour après jour que tu sais systématiquement t’améliorer dans l’art subtil et délicat du pétage de genitals. »

Car, oui, aujourd’hui est un jour particulièrement moisi. Car je dois pénétrer dans ce merveilleux antre satanique qu’était l’Ultimate Academy, repaire de blaireaux.elles orgueilleux.ses et de dégénéré.es trop shooté.es à l’approbation de la société pour oser imaginer faire évoluer les choses et donc absolument imperméables à toutes les luttes sociales de notre époque.

Un. Délice.

Et pourquoi devais-je ainsi fouler le sol de ce regroupement des slimes de l’évolution sociale ? Eh bien parce qu’une autre sorte d’abruti a décrété judicieux de me défoncer mon équipement de RP steampunk lors du GN de ce week-end. Eh oui, quand tu ne sais pas contrôler ta force et que tu te crois capable de jouer un guerrier, ben, inévitablement, tu fous ta merde. Well done, quichasse. Heureusement que MOI, je sais me contrôler. Sinon, je lui aurai pété plus que quelques côtes. (Encore un qui a sous-estimé Felony. Muhaha.)

Bref, revenons sur le matos de RP. C’est quelque chose d’assez délicat, très chiant à réparer et ça demande des outils assez spécifiques. Et chers. Et rares. Et j’ai tellement pas le budget pour avoir ça chez moi. Et j’ai tellement pas la place pour avoir ça chez moi. Et je hais ce monde, avec toutes ses limites financières de société capitaliste de merde qui pourrait allègrement se faire cramer la gueule si ça ne tenait qu’à moi.

Du coup, il me faut un.e réparateur.ice. Donc je dois trouver un.e spécialiste en mécanique de précision sur Kibou, petite île fort sympathique qui me convient parfaitement lorsque je n’ai pas besoin de faire appel à friggin’ spécialiste susnommé.e. Parce que devinez où se situent tou.tes les spécialistes, dont la seule personne disposée à me réparer cette saloperie de matos ? Dans l’Ultimate Academy ! Yaaay !

Kill me.

Ainsi, après plusieurs heures de facepalm, j’ai décidé d’envoyer un mail à “Ophélie Cross”, supposée être une ultime mécanicienne (oh god, que je hais les titres pompeux de cette école), et qui se fera le plaisir de me réparer mes foutues armes steampunk. Moyennement une vague compensation. J’sais même plus comment on s’est arrangées à ce sujet. Comme quoi, l’air de cet endroit est objectivement toxique et perturbe mes capacités cognitives.
Et dire que je suis encore à l’extérieur de cette école de fous, qu’il va falloir que je rentre, que je trouve mon chemin et que… Brr… Je communique avec une étudiante de l’UA.

Journée. De. Merde.

Et ce n’est que le matin. Trop tôt le matin, précisément.

Merveilleux.

En plus, même à l’extérieur, y’a des gens. (Faux-pas social évident. A cette heure de la journée, on reste à dormir, bande de matinaux !) Et malgré le fait que ce groupuscule vivote dans ce qui semble être le plus gros rassemblement multiculturel de trucs shiny de la planète, iels sont encore foutus de me juger du regard. Tiens, genre, grudu, là, qui semble partager son unique demi-neurone avec l’aut’ néandertal qui m’a pourri mon équipement, si tu pouvais arrêter de te foutre de ma gueule… Jeee teee voiiiiis. Mais c’est qu’il continue, le bougre !

« Kesskiya, première fois de ta vie que tu vois un costume de Valkyrie ? Tu veux voir de plus près ?  Genre, le gantelet, je suis sûre que tu rêves de voir mon gantelet de près !»

Ouh, un peu trop gueulé, ça a dû s’entendre de loin. M’enfin, ça a marché, Ultimate Grudu s’est barré. Victoire !

Bon, par contre, je sens encore plus de regards sur moi. Urgh.

Par exemple, là, y’a un truc noir/bleu foncé qui me mate de loin, le regard sombre.
A la limite, ça me dérange moins qu’on soit alerté de ma présence parce que j’ai engueulé un chieur. Puis cette personne n’a pas l’air de chercher spécialement la merde. Ça ira pour cette fois.

Bon, revenons à la tâche principale : retrouver cette foutue Ophélie.

Dans cette école immense.

Donc je vais devoir demander mon chemin.

Urgh.

Allez, individu sombre mais supposé sympathique, laisse-moi valider mes dons naturels de jugement des individus sur leur seule apparence physique et aide-moi dans ma noble quête !

« Erhm. Bonjour ? Est-ce que vous pourriez m’indiquer le chemin des dortoirs ? Je suis censée rencontrer quelqu’un là bas et c’est la première fois que je mets les pieds ici… »

Bon, avec ça, je valide que je ne fais pas partie de leur élite de merde et que je suis donc à leurs yeux « Péon n°6752 », maiiiis, je m’en branle puissance 1000. Quand je détruirai le partiarcat et le capitalisme, iels feront moins les malin.es.

©GOOD MORNING KIBOU - Aimara

avatar
MESSAGES : 4 ECOLE : Kibou High. Best école. Wsh.
HABITATION : Dans un placard. (High Five Harry !)
une étudiante
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Yaay, let's repair stuff and destroy society ! Sam 14 Jan - 2:31
Ophélie Cross

Du chaos et de la loi.

feat. River

Le bien, le mal, la loi, le chaos. Les joueurs de Donjons et Dragons / Pathfinder connaissent par cœur les différents alignements disponibles. Le bien, l'altruiste. Le mal, l'égoïste. Le chaotique, le libre. Et le loyal, le déterministe. Dans Donjons et Dragons, la morale et l'éthique sont élevées au rang de forces cosmiques, immuables, éternelles. Dans la vie… C'est différent. En tout cas, pour la plupart des gens. Personne n'est entièrement bon ni entièrement mauvais, n'est-ce pas ? Et personne n'obéis aveuglément aux règles ou ne décide de toutes les enfreindre pour le plaisir ou simplement par principe non-plus. Pas vrai ? Pas vrai ?

Difficile à dire.

Ophélie, par exemple, c'était une pure loyale dans l'âme. C'était nécessaire, quand on travaillait sur quelque chose d'aussi déterministe que la mécanique, non ? Les rouages avaient tous leur rôle bien précis. Ils tournaient tous dans le sens prévu, au rythme prévu, quand c'était prévu. Seuls, ils ne servaient pas à grand-chose, mais ils formaient un tout plus grand que la somme des parties. Si un seul des engrenages lâchait, alors tout l'appareil en pâtissait. Tous les petits engrenages devaient donc faire de leur mieux pour mener à bien leur mission, dérisoire de leur point de vue, mais vitale pour l'ensemble. N'était-ce pas pareil pour les êtres humains ? En tout cas, c'était ce que pensait Ophélie. Chacun avait son rôle à jouer, aussi petit était-il. Tous parts d'un grand tout qui nous est inaccessible, à notre niveau. Le destin de l'humanité.

Et parce que nous avions tous notre rôle à jouer, Ophélie tentait de prendre le sien très à cœur. Son rôle ? M.A.Y.A.. C'était sa mission de la mener à bien. Si elle pouvait contribuer au patrimoine de l'humanité, c'était comme ça. Et c'était un peu son devoir à elle de le faire. Après tout, sinon, qui pourrait le faire ? Et tant qu'à le faire, autant le faire bien.

Ophélie revenait de l'atelier de l'Académie, où elle avait été chercher quelques pièces et outils pour son Magnum Opum. Ou Magnus Opus, comme vous préférez. Bref. La mécanique, c'est fantastique, certes, mais c'est assez lourd, et la jeune femme n'avait pas vraiment la force de tout emmener directement dans son dortoir, ainsi s'était-elle posée prêt d'un distributeur à café avec ses deux gros sacs de cours remplis d'acier. Glissant une pièce dans la fente, elle fit couler un thé bouillant à la menthe, le temps que son corps récupère de l'effort : Elle n'était qu'à mi-chemin et déjà, son dos lui faisait mal. Inutile de se bousiller la santé : Ce serait être moins efficace par la suite. S'appuyant contre le mur, tasse de thé non-sucré en main, elle laissa ses yeux se perdre dans le ciment. L'odeur de la menthe la détendait. Pour l'instant, tout se passait comme prévu.

Et ce fut à ce moment précis que le Chaos et la Loi se rencontrèrent.

« Kesskiya, première fois de ta vie que tu vois un costume de Valkyrie ? Tu veux voir de plus près ?  Genre, le gantelet, je suis sûre que tu rêves de voir mon gantelet de près ! »

Ouhlà, quoi ?

L'anglaise remonta sa casquette garçonne du bout du doigt et leva les yeux vers la foule. Au milieux des étudiants gris se tenait une fille, rousse, habillée en rouge, l'air survoltée. Véritable intruse chaotique perdue en plein territoire loyal. Un engrenage qui avait décidé de se faire la malle. Ophélie leva un sourcil, amusée. Plutôt mignonne, l'engrenage, d'ailleurs, même si elle n'avait clairement pas l'air commode. En tout cas, elle avait vite fait de se faire remarquer. Grand silence sur la place. Une seconde. Deux, trois, quatre. Les autres ultimes reprirent leur chemin sans prêter attention plus longtemps à la nouvelle venue. La jeune rouquine s'approcha de l'anglaise, qui avalait sa dernière gorgée de thé chaud. Elle haussa le second sourcil, intriguée.

« Erhm. Bonjour ? Est-ce que vous pourriez m’indiquer le chemin des dortoirs ? Je suis censée rencontrer quelqu’un là bas et c’est la première fois que je mets les pieds ici… »

Miss tout-feu, tout flamme s'était soudainement adoucie en venant à la mécanicienne. Normalement, Ophélie aurait lancé une pique vis à vis du fait que son interlocutrice n'avait de toutes façons aucune chance d'être prise pour une autochtone. Mais bon, elle avait l'air assez sur les nerfs d'un côté, et pas franchement méchante, donc il valait mieux éviter.

Les dortoirs ? Ça tombait bien, elle devait s'y rendre elle-même. Affaires à déposer, tout ça, tout ça… Jetant calmement son gobelet tiède dans la poubelle à côté d'elle, l'anglaise réajusta sa casquette pour saluer la rouquine.

« Hey, enchantée. Je m'y rends, justement, j'ai quelques affaires à déposer. Suis-moi donc. »

Elle désigna d'un mouvement de la tête les deux sacs noirs à ses pieds. S'abaissant, elle attrapa le plus gros et, lâchant une grimace, le prit sur son dos. Elle se maudit intérieurement de prendre autant de pièces d'un coup et de refuser de faire plus d'un voyage par jour…

Ophélie lança un regard légèrement blasé vers le deuxième sac.

« Mmh… Tu veux bien me donner un coup de main au passage ? Ces sacs sont assez lourds et j'ai du mal à transporter les deux. Des babioles que je dois ramener dans ma chambre, c'est assez important. Pas d'inquiétude, c'est pas fragile. »

©GOOD MORNING KIBOU - Aimara



avatar
MESSAGES : 7 ECOLE : UA
une ultime mécanicienne
Voir le profil de l'utilisateur
Yaay, let's repair stuff and destroy society !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» green stuff liquide
» Monter son stuff soi même
» "I've got somme hot stuff baby tonight"
» stuff +470
» Les combo de stuff bien OP


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING KIBOU :: Les incontournables :: Ultimate Academy :: Les extérieurs-
Sauter vers: