Forum officiellement ouvert, on vous attend ♥

Partagez|
MessageSujet: Decibels hurlants. Sam 14 Jan - 12:17
Mikhaïl Tcherkachine

Decibels hurlants

Mikhaïl Tcherkachine




"Ils hurlent et hurlent, emplissent nos oreilles de mots durs comme le roc ou doux comme la soie"

8h09, Dotonbori, studio de Mikhaïl

C'est fou comme un 15 mètres carré peut sembler luxueux dans nos yeux... Un canapé-lit, une cuisine et des sanitaires... Une petite commode et un petit balcon... Nous ne comprendrons jamais ceux qui ont besoin de plus pour vivre. Une odeur de propre flotte dans l'air et nos chaussures crissent et glissent sur le sol encore humide ; ce studio n'avait jamais été loué mais existait depuis longtemps. On l'avait nettoyé peu avant que nous nous soyons installé. Nous n'avons pas gardé grand chose de nôtre vie d'avant, seulement de quoi écouter de la musique, un médaillon offert par Anko, et une marre de souvenir qui ne semblait pas vouloir s'agiter. Il faut se méfier de l'eau qui dort malgré tout. Nous avions besoin de les entendre, c'était la seule chose que nous appréçions vraiment dans la vie, si on exclus le fait d'avoir de longues discussions philosophiques avec Anko. Nous connectons alors notre casque avec notre mobile. Il faut que nous pensions à changer la carte sim, celle ci ne fonctionne qu'en Ukraine...



Un univers entier de choses qui s'ouvrent, voir des choses, entendre des choses, ressentir des choses... La musique... Elle nous fait vivre... Nous règlons le volume au maximum, avant de nous laisser avaler par les décibels. Ces choses là ne peuvent pas être controlées. Nous les sentons passer dans notre corps. Quand nous étions petits nos parents nous ont appris que lorsque quelqu'un que l'on aime hurle, celà réveil en nous des tas de sentiments qui se contredisent entre eux... La musique m'envahit, les decibels font vibrer mes tympans et mon âme, ils hurlent et hurlent, emplissent nos oreilles de mots durs comme le roc ou doux comme la soie.

C'est comme ca que nous existons.



L'entretien avec Mme le Maire c'est bien passé. Elle voulait juste nous proposer de vivre à Kibou, elle nous aiderait à nous installer et nous prenait comme garde du corps sans conditions et avec un salaire très honnête, estimant qu'avec notre palmarès elle n'avait pas besoin de nous tester. Nous avons accepté, c'était exactement le genre de situation stable que nous recherchions. Il n'y a pas beaucoup de choses à faire dans ce travail si ce n'est surveiller notre employeur et se tenir prêt à tout instant pour la protéger, au péril de notre vie celà va de soi.



Nous allumons une cigarette puis nous nous rendons sur le balcon. Nous nous asseyons sur une chaise en bois qui semble en mauvais état (note à nous-même : il faudrait en racheter une, plutôt en plastique, les échardes sont très désagréables). Sur le toit de l'immeuble d'en face il y a des corbeaux. Nous aimons beaucoup les corbeaux. Les domestiquer est une tâche très longue et ardue mais ils peuvent faire de fidèles compagnons. Samson est mort il y a 2 mois. Il était borgne comme nous, mais de l'oeil gauche. Il avait essayé d'empêcher une buse de venir manger dans mon assiette. Il n'a pas réussi mais la buse est repartie avec une patte en moins et les plumes de la queue arrachées.



Deux des corbeaux qui était en face sont maintenants posés sur notre balcon et nous fixent. Nous n'avons jamais cessé d'attirer les charognards. Nous les regardons fixement nous aussi. Ils semblent vaguement intéressés par notre personne, et beaucoup plus par ce qui trainait dans notre poche. Nous leurs avons jetté les restes de viandes séchées. Ils en ont pris 3 bouts chacun sans se les battres. Nous les aimons bien, c'était rares de voir des corbeaux se comporter aussi justement. Nous les regardons manger...



"Nous allons vous appeller... Nikolaï et Jansenn, en souvenir de nos parents". Ca ne semble pas vraiment leur avoir plu, ils se sont envolés juste après que j'ai prononcé les noms...

"Même hors de nos vies et à l'autre bout de la planètes, vous continuez à nous pourrir l'existence..."

Nous somme persuadés que les corbeaux sont bien moins idiots que les autres animaux. Ils comprennent ce qu'on dit et réagissent en conséquence. Nous lançons un dernier "Il y en aura plus si vous revenez" en directions des deux ombres qui se trouvaient déjà à 50 mètres de nous. L'un des deux à réagi un peu et a tourné la tête comme pour indiquer qu'il avait bien compris. Nous éteignons le casque, puis nous retournons à l'interieur. Il va être l'heure de partir au travail, cette première journée promet d'être intéressante.

©GOOD MORNING KIBOU - Aimara



Spoiler:
 
avatar
MESSAGES : 10
un garde du corps
Voir le profil de l'utilisateur
Decibels hurlants.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Les bois hurlants


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING KIBOU :: Transports et Habitations :: Immeubles :: Dotonbori-
Sauter vers: