Forum officiellement ouvert, on vous attend ♥

Partagez|
MessageSujet: Tristes ou heureuses retrouvailles ? [Feat. Hyo Jin Lee] Jeu 2 Fév - 0:21
Ji Hyuk Lee
Toujours prévoir le pire.
Hyo Jin Lee
Ji Hyuk Lee
Quand on reçoit sa première paye, c’est comme si on avait des responsabilités en plus. On est heureux et on a envie de dépenser ou alors, on économise jusqu’au petit centime pour se payer un caprice le mois suivant ou pour dans longtemps. En tout cas, il y a plusieurs réactions à ça. Ji ne dépensa rien sauf pour ses besoins quand il la reçut pour la première fois. Mais par contre, la seconde fois, ce fut une autre chose. Et finalement, maintenant, s’il y a bien une chose qu’il regrette en partie c’est d’avoir été faible face à ses désirs.

Pour bien comprendre ce qu’il va suivre autant passer par une introduction, histoire de ne pas être trop perdu. Le Coréen évitait le quartier Yamamoto depuis son arrivée sur l’île. Enfin, non, plutôt depuis qu’il savait que c’était là qu’était logé les habitants de la Ultimate Academy. Peut-être se basait-il sur des suppositions infondées mais tous les moyens étaient bons pour lui. En effet, il y avait sans doute là-bas un homme qu’il ne tenait à voir sous aucun prétexte. Cet homme, c’était son frère jumeau, Hyo Jin. Pourquoi ? Parce qu’il refusait de souffrir comme ce jour-là où il l’avait vu posé ce regard plein de tentations et de sentiments impurs aux yeux de Ji. Depuis ce jour où il avait senti la plus cruelle des trahisons sur son corps et sur son coeur. Cette journée où il vit son frère pour la dernière fois. Et finalement, ce n’était pas mal. C’était donc pour cette raison qu’il évitait le quartier. Plus précisément pour éviter cet homme.

Sauf qu’il existe une chose dans ce monde. Une chose nommait : « tentation ». Elle est fourbe et subtile. Elle est différentes pour chacune. Oui, c’est une chose subjective. Or, c’est à cause de cette chose que Ji alla dans ce quartier quand il reçut sa deuxième paye. Non pas pour voir ce fameux jumeau ou pour le retrouver. Loin de là, il voulait juste aller gouter une sucrerie qu’une collègue lui avait conseillée. Sauf que le restaurant était où ? En plein dans le mille ! À Yamamoto. Comme quoi, la vie était quand même très taquine. Mais bon, il n’allait pas se plaindre après tout, ça ne durait qu'une heure grand max. De plus, ce n’était pas pour une heure qu’il allait croiser cet individu ou alors quelqu’un en haut voulait vraiment les voir ensemble.

Mais bref, ce jour-ci, il finit son travail vers 17h30. Le jeune homme rangea rapidement ses affaires dans son sac avant de presque courir vers le fameux quartier. Plus vite il y serait, plus vite il consommera et plus vite il repartira. C’était un plan simple en trois étapes. Il était parfait, sans aucun accroc et il n’avait qu’une faille à son stratagème. Et elle était : que son frère passe pile à ce moment-là dans cette rue à ce moment-là. Impossible vous voyez donc autant dire qu’il était parfait.

Il arriva rapidement dans le quartier Yamamoto. Ji marchait entre les passants en regardant les maisons et autres villas de luxe. Vraiment, c’était un tout autre monde selon lui. Il soupirait vraiment ce genre de personne l’exaspérait. Eux qui avaient tout d’un coup en claquant des doigts. Il espérait au plus profond de lui que son frère n’était pas devenu comme un de ces riches arrogants qu’on voyait dans les dramas ou au cinéma.

Le Coréen reconnut au premier coup d’oeil la fameuse boutique. Elle était assez belle. Blanche et pure et mignonne à souhait alors que des serveurs s’agitaient sur la terrasse. Ji serra la lanière de son sac en bandoulière. Il salivait d’avance à l’idée de ce délicieux gâteau. Et sa collègue lui avait aussi parlé d’un bon café… Bah, son porte-monnaie allait pleurer mais au moins, il serait purgé du fond de café de la vielle qu’il avait pris ce matin en partant de chez lui.

Il alla s’assoir en terrasse après tout le temps était parfait pourquoi ne pas en profiter ? Bien sûr, il commanda au serveur le fameux café et la fameuse pâtisserie. Il n’attendit pas très longtemps étonnamment ravi du service. Et en quelque sortes heureuses aussi de pouvoir la pâtisserie qui était tout de même magnifique à ses yeux. Il faut dire que si on le comparait à ce qu’il mangeait tous les jours, on aurait l’impression qu’il avait changée de planète.

Ji Hyuk goûta le fameux gâteau. Et là, il eut un flash. C’était délicieux et succulent. La crème s’accordait parfaitement avec les fraises et la pâte semblait transformer le tout en un gigantesque et incroyable triomphe du goût dans son palais. Et le café s’accordait si bien à ce tableau qui semblait se dessiner sur ses papilles. C’est à ce moment-là qu’il baissa sa garde. Il oublia le danger de ce lieu. Il oublia où il se trouvait. Il oublia tout et n’était plus qu’un jeune secrétaire de 22 ans qui dégustait un succulent désert avec une boisson digne des rois et où semblait trôner en maître un sourire satisfait et de pur bonheur. Oui, c’était vraiment différent de ses plats surgelés et de son café réchauffé au micro-onde.  

avatar
MESSAGES : 12 HABITATION : Un simple petit appartement
un secrétaire
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tristes ou heureuses retrouvailles ? [Feat. Hyo Jin Lee] Ven 24 Fév - 1:33
Hyo Jin Lee

feat Ji Hyuk Lee



Tristes ou heureuses retrouvailles ?


Parfois, la vie nous fait cadeau d'un don, un don précieux qui peut tout aussi bien détruire notre vie que l'améliorer grandement, encore faut-il savoir ce que l'on souhaite vraiment. Oncle Ben n'avait-il pas dit à Peter "Un grand pouvoir, implique de grandes responsabilités ?". Ouai bah il avait tort le pépère, du moins, selon Hyo Jin. Depuis qu'il avait ce don de la chance comme il l'appelle, il n'a fait que l'utiliser encore et encore et pourtant rien de grave ne lui est encore tombé dessus. C'était même le contraire, il avait la belle vie ! Résumons deux minutes sa situation:

Grâce au jeu et surtout depuis qu'il n'a plus ses fichus rapiats de parents derrière lui, il a réussit à amasser une coquette somme d'argent. Il vit maintenant dans le plus riche quartier de la ville, dans une villa avec piscine vingt fois trop grande pour lui tout seul. Ouai autant le dire tout de suite, il peut clairement se la péter.

Mais bon lui n'est pas très intéressé pour la partie "exposer sa fortune" parce qu'en général, les gens qui vous approchent après ne sont motivés que par une chose...essayer de grappiller deux trois trucs, que ce soit de l'argent ou de la popularité. C'est pour cela qu'il préfère nettement s'habiller de façon ordinaire, telle que le ferai un gars de son âge, un jean, tout ce qu'il y a de plus simple, une paire de baskets et une chemise ouverte par-dessus un t-shirt uni, banale.

Que faisait-il à l'heure actuelle, me demanderez vous ? Et bien il se promène, calmement dans les rues de son quartier qu'il connait sur le bout des doigts maintenant. Bon en vérité, il a un but plus précis en tête qu'une simple balade à travers la foule. Une de ses connaissances l'a prévenu de l'arrivée de son frère dans cette charmante île. Son frère...voilà bien une éternité qu'il ne l'a pas vu ou n'a reçu de nouvelle. Il ignore totalement ce qu'il est devenu. Et pour tout dire, il n'est pas très sûr de vouloir vraiment le revoir, surtout si on se souvient de la dernière fois où ils se sont vus.

Le voilà donc à scruter le visage de chaque personne qu'il croise, dans l'espoir d'apercevoir son jumeau, son reflet, même si ses chances de le retrouver par hasard sur une île aussi grande s'approche de zéro. Enfin...c'était ce qu'il se disait avant de le voir..lui...à un café. Pas de doute possible, c'était bel et bien son frère qui se trouvait à quelques mètres de lui, celui qu'il a protégé, celui qu'il a aimé, celui qu'il a abandonné...non, tous ceux-ci ne sont que de mauvais souvenir, les retrouvailles, cela fait toujours énormément plaisir !

Il s'approche de la table et quitte à se faire remarquer, il s'assoit directement, comme ça à sa table, sur la chaise en face de son frère. Il pose ses coudes sur la table, les mains jointes et son menton reposant dessus. Un large sourire moqueur éclaire son visage qui n'a pas beaucoup changé même après autant d'années.

- Alors Ji, le gâteau et le café te plaisent ?


©GOOD MORNING KIBOU - Aimara

avatar
MESSAGES : 4
un dealer de casino
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tristes ou heureuses retrouvailles ? [Feat. Hyo Jin Lee] Ven 24 Fév - 17:49
Ji Hyuk Lee
Parfois, il existe des liens et des destins si liés que le fil ne se coupe jamais.
Hyo Jin Lee
Ji Hyuk Lee
En cours d’histoire, on apprenait que jamais une bataille n’était gagnée en sous-estimant son adversaire. Chaque fois que la garde baissait, c’était une catastrophe. Par exemple, Hiroshima, la bombe explosa et produit tellement de morts parce que les autorités n’avaient fait preuve de précaution à l'approche de justes trois avions qui n’étaient pas forcément des grands bombardiers. Et même s’il semble impossible de comparer une futile et cruelle romance à un bombardement aussi destructeur que terrifiant, ces leçons montraient bien une chose : rien de bon n’arrivait quand on ne faisait pas attention. Et ceux particulièrement si on était en territoire ennemi comme l’était Ji Hyuk à l’heure actuelle.

De plus, on ne peut pas dire que le jeune Coréen avait revu ses classiques de légendes à l’eau de rose. Sinon, il aurait su que le fil rouge du destin ne se brise et ne se coupe jamais. Peu importe qu’on quitte celui qu’on aime, qu’on le trahisse, qu’on lui ferme la porte, qu’on ne souhaite pas revoir sa face. Toujours, on le revoit frais comme une rose qui éclot le matin. Seulement, Ji Hyuk n’avait jamais cru en ces foutaises fades et dégoulinantes de romantisme digne du Shojo le plus amoureux qu’il soit. De plus, il s’était fait discret et avait donné des ordres claires à ses parents : « interdiction de dire à Hyo que je suis ici ». Oh, il n’en doutait pas, la règle avait dû être suivie par ses parents. Il n’en doutait pas un seul instant.

Après, il avait sans doute omis un petit détail. Oh ! Trois fois rien. C’était un détail aussi insignifiant qu’une araignée qui tisse sa toile sur un cèdre. Ils étaient jumeaux. Et des vrais jumeaux. Donc, il fallait y aller doucement et à tâtons ou pas pour comprendre la logique du truc. Ils avaient la même tête à peut-être deux mèches près. Alors ? Insignifiant, je vous l’avais dit. Et puis, son frère ne devait pas avoir d’amis qui avaient sans doute entendu parler d’un fameux jumeau. Oui, il a sans doute oublié le plus gros des risques.

Mais peu importe au jeune homme actuellement. Il avait son gâteau à plus de 1200 ¥ et son café à près de 666 ¥. Ils étaient délicieux et remplissaient son palais de douceur et de couleur. Il ferma les yeux en savourant pour une dernière gorgée le délicieux liquide dont le passage dans sa gorge représentait un dernier passage d’extase. Était-il bon ? Le jeune homme sourit et répondu calmement.

« -Oui, ils sont délicieux. »

Quand, Ji Hyuk se rendit compte de deux choses. Alors, d’une, on l’avait appelé par son surnom qui n’est utilisé que de ses collègues, de ses amis et de sa famille. De deux, cette voix était comme un fantôme de son passé. Un souvenir sous un arbre en fleur. Une déclaration. Des rires et un baiser. L’effet d’une douche de chocolat chaud à la guimauve d’un froid digne de l’Antarctique. Il ouvrit les yeux et se retrouva face à son reflet. Seules deux mèches étaient différentes. Il posa sa tasse sur son support sans vraiment contrôler sa main tel un pantin qui n’avait que cette fonction. Un geste à la fois brusque, non contrôlé et instinctif mais aussi léger. Il fixa l’apparition, les yeux écarquillés. Ce sourire moqueur, ce visage… Il n’était pas ceux d’un ectoplasme tout droit sorti de ces souvenirs ou d’une quelconque hallucination. Non, c’était dur, réel, physique. Ce visage aux traits si similaires aux siens. Ces lèvres qui dévoraient les siennes à une époque. Et ces mains… Ses mains… Les souvenirs remplirent son corps tel un océan qu’on aurait renfermé dans une bouteille et qui était libéré après tant d’années. Son corps ne voulait plus bouger sauf pour respirer, une respiration calme mais aussi rapide tout en étant contrôlé. Une respiration dont le simple rythme touché les antithèses de l’acte. Finalement, le muscle de sa bouche se décida à fonctionner comme ceux de ses cordes vocales et de sa langue afin de produire un son distinct clair mais aussi longuement réfléchi par un cerveau qui n’arrivait pas à croire en cette apparition du passé.


« -Hyo..? »



Son regard, son sourire…Il ignorait pourquoi le regarder l’emplissait d’une nostalgie aussi agréable que douloureuse. Un jour, un poète latin du nom de Catulle écrit ce vers : « nescio, sed fier sentir et excrucior ». « Je ne sais pas, mais je ressens que cela se fait et j’en suis torturé. » Hors, il correspondait parfaitement à l'état actuel de Ji Hyuk.

avatar
MESSAGES : 12 HABITATION : Un simple petit appartement
un secrétaire
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tristes ou heureuses retrouvailles ? [Feat. Hyo Jin Lee] Sam 6 Mai - 11:56
Hyo Jin Lee
Hyo Jin l’observait avec attention, ce frère presque oublié qu’il n’a pas revu depuis ce tragique jour. D’ailleurs, il ne pensait pas le revoir sur cette île, encore moins dans le quartier le plus luxueux de Kibou. Bon il est vrai que si ses souvenirs sont bon, Ji avait de bon résultats à l’école, quoi de plus normal qui ait réussi sa vie et soit riche comme lui maintenant, il est son frère après tout, ils ne peuvent pas être si différent que ça sur ce point non ?

Mais passé cela, quelle chance avait-il de le trouver parmis une foule aussi dense que celle de ce lieu hein ? Quoi ? La chance ? Ah oui, il est l’ultime chance après tout ! Enfin chanceux aux jeu surtout, peut-être que son don à penser la recherche de son frère comme une partie de cache-cache ? Si c’est le cas, il le remercie grandement.

Il le fixe droit dans les yeux, malgré toutes ses années passés loin l’un de l’autre, ils ont grandi et se ressemble toujours autant. Il se fait d’ailleurs la remarque que c’est assez flippant quand même. Enfin si on retire le style vestimentaire quelque peu...négligé de son frère, il va falloir qu’il revoit ça avec lui, ça ne va pas du tout du tout !

Son sourire s’élargit à l’entente de son nom et comme il sent que l’ambiance est un peu tendu, surtout après autant d’année, ce qui en soit est un peu normal, il ne peut s’empêcher de déconner comme à son habitude pour détendre l’atmosphère.


Ravi que tu te souviennes de mon nom quand même, ça fait plutôt plaisir ~


Et toujours dans son esprit un peu taquin et séducteur, ne changeons pas les bonnes habitudes, il vient prendre un petit mouchoir et se penche tout doucement, d’une lenteur extrême même vers lui, au point que leurs deux visages sont maintenant à quelques centimètres l’un de l’autre. D’ailleurs, c'est une vrai torture pour lui de ne pas céder à la tentation de l’embrasser là tout de suite dans aucune autre forme de politesse. Mais non, il tient, et vient simplement essuyer délicatement sa bouche, même plus que nécessaire histoire de biiieeen faire durer ce petit moment d’intimité malgré le fait qu’ils soient sur une terrasse d’un café très fréquenté.


Oh lalala, regarde tu t’en es mis partout, tu devrais faire attention poussin ~

avatar
MESSAGES : 4
un dealer de casino
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tristes ou heureuses retrouvailles ? [Feat. Hyo Jin Lee] Sam 6 Mai - 17:14
Ji Hyuk Lee
Le cerveau devrait souvent laisser la commande au coeur
Hyo Jin Lee
Ji Hyuk Lee
Quand un sentiment est suffisamment fort, ce n’est pas juste au coeur qu’on le sent. C’est dans son corps tout entier. Qu’il soit positif ou négatif, les veines se remplissaient d’une impression soit de légèreté soit d’un liquide visqueux qui venait se déverser dans ce liquide vital. C’était une sensation différente selon les individus, elle pouvait soit être horriblement désagréable ou joyeusement agréable. Ce n'était pas quelques choses d’aléatoire, c’était quelques choses de fixe qui varié selon les Hommes. Oui, ça faisait partie du sentiment d’individualité. D’ailleurs, ça ne concernait souvent pas que ça mais pour l’approfondir, ça serait inutile à notre affaire, je le crains.

En tout cas, dans le cas présent, Ji Hyuk avait ces sentiments qui se déversaient dans ses veines. Ce n’était pas visqueux comparé à ce qu’il aurait pu croire mais c’était doux. Il n’avait pas en lui une mare de pétrole mais plutôt une rivière de jus d’orange. Lumineux et aussi tellement agréable alors que la lueur de l’amour éteinte depuis ce jour revenait peu à peu en lui. Mais... Il ne fallait pas oublier cette couleuvre qui buvait ce jus si agréable avant qu’il n’atteigne l’organe vital et sentimental qu’était le coeur. Elle ne représentait ni plus ni moins que ce sentiment de trahison terriblement stupide mais on faisait la part des choses mais aussi omniprésent dans le coeur de Ji. Pourtant, il se doutait que ce devait être sentiment partagé vu qu’aucune explication n’avait pu être dite ce jour-là. Le jeune Coréen commença à se noyer dans ce regard brun si semblable au sien alors que les paroles de Ji Hyuk coulait comme le miel des dieux.

Son nom ? Mais, n’était-ce pas chose logique qu’il s’en souvienne ? De ce nom qui provoquait en lui des remous dans l’eau calme de sa conscience. Des remous de tempête de tristesse mais aussi des ricochets d’amours purs laissant se brouiller à la surface les souvenirs agréables de cette relation d’ordinaire interdite. Lui aussi, ça lui avait fait plaisir qu’il se souvienne de lui. Il allait lui faire remarquer une chose qui n’allait sans doute pas passer par le cerveau étant donné qu’il s’apprêtait à être très agréable pour son jumeau vu le sourire qui venait orner doucement ses lèvres et illuminer son visage comme un soleil. Mais il n’eut pas le temps de dire un mot.

En effet, un peu de crème était arrivé sur son visage plus précisément sur le coin de ses lèvres. Ce n’était pas rare chez lui. En effet, quand il était trop excité ou que le plat était délicieux, il ne s’embêtait pas de la propreté et finissait souvent avec un peu de crème, de sauce ou de riz au coin de sa bouche. En effet, c’était très cliché de sa part, vous pouvez le dire. Sauf que normalement, il s’essuyait lui-même la bouche après mais c’était sans compter son frère qui vint essuyer cette petite tache sur sa peau nacre qui se teintait de rouge alors que le visage se rapprochait. Il pouvait la sentir cette respiration qui venait courir sur sa face et cette odeur qui lui rappelait tout ce temps. Il ferma les yeux alors que le coeur prenait le pas sur la raison. C’était agréable. Il n’allait pas se plaindre de ce contact physique. Mais…C’était sans compter un moment.


On le connaît tous, ce moment où la raison prend le pas sur le coeur malgré vous. Ce moment où elle montre que la logique existe toujours. Ce moment où malgré une horrible envie d’hurler à cet amant perdu qu’il vous a manqué et que vous ne souhaitez que sentir ses lèvres contre les vôtre, vous ne dites rien et vous rouvrez juste les yeux alors que le coeur vient faire briller vos yeux de larmes leur donnant un petit éclat chocolat noir/au lait.


C’est ce qui se passa pour Ji Hyuk, comme si les paroles de Hyo Jin avait réveillé l’adolescent blessé par l’absence de son frère ou l’élève qui avait vu sa vie sombrer dans le harcèlement à cause de ce sentiment de manque et de trahison. Le cerveau rancunier contre le coeur amoureux.

Son bras partit tout seul..Il ne le contrôlait pas. Il repoussa rapidement cette main sur sa bouche frôlant sans doute d’une manière peu délicate le visage de l’homme à laquelle elle appartenait. Le bruit de l’impact résonnant dans ses oreilles comme si on avait frappé son propre coeur. Une sorte de réaction d’autodéfense d’un des commandants de son existence mais pas de l’autre.

« -Je ne suis pas ton poussin… Je ne l’ai jamais été. Et même si à un moment, je t’ai permis de faire ceci, ne me touches pas... »

Encore une fois, il sentait ses sentiments si contradictoire se battre en lui. C’était douloureux…Il détourna le regard murmurant un petit.

« - Pardon si je t’ai blessé..Ta main…? »

C’était trop tard pour dire ça… Il le savait... On ne mentira pas en disant que pendant des années, il ne souhaitait que le retrouver et qu’il explique enfin tout ce qu’il n’avait pas pu se dire ce jour-là. Mais devant la possibilité d’enfin s’expliquer, il avait claqué à la porte au nez de son amour. Il avait encore été idiot lui qui pourtant avant toujours éviter le conflit. Il ne savait pas comment se rattraper. C’était trop compliqué de lui dire ce que ressentait le coeur voire même le cerveau malgré les signaux qu’il envoyait... Comment le dire...? Il avait su faire le premier pas mais le second était impossible à faire. Finalement, il allait continuer à vivre ce sentiment de fin sans sa moitié dans tous les sens du terme. Il commençait déjà à faire les plus absurdes des suppositions et à se préparer à prendre la fuite pour revenir en Corée du Sud. Là, où il était sûr de demeurer loin de son frère qui n’avait jamais au grand jamais quitté cette case si spéciale qu’on nommait : « amour » dans son être. Mais… Parfois : « le cerveau ignore le sentiment du coeur » et préfère déverser son horrible liquide dans le corps que de permette au coeur d’y mettre le sien.

avatar
MESSAGES : 12 HABITATION : Un simple petit appartement
un secrétaire
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tristes ou heureuses retrouvailles ? [Feat. Hyo Jin Lee] Mer 24 Mai - 18:14
Hyo Jin Lee
Le jeune dealer allait continuer tranquillement sur sa lancer lui, enchaînant petit reproche gentils, suivi d'un commentaire plus agréable, comme par exemple

Tu devrais te coiffer un peu, regarde, tes cheveux sont tout en bataille, même si ça te rend un peu mignon je dois l'avouer ~ Whoua ils sont tout doux !! tu utilises quoi comme shampoing !! ….

Et comme ça pendant de très longues minutes, détaillant chaque partie de sa personne avec beaucoup d'attention. Son frère, là ! Devant lui ! Il lui a tend manqué !! ça lui fait vraiment plaisir d'être en face de lui comme ça, à faire comme s'il ne s'était rien passé, comme s'ils n'avaient jamais été séparé et qu'ils avaient grandit ensemble, comme si.... vous me direz, on peut refaire le monde avec des si.

Le geste de son frère eut le mérite de le ramener à la réalité. Tout cela n'était jamais arrivé, cela faisait des années qu'il n'avait pas revu son frère. Et encore, s'il n'avait été qu'on frère pour lui, ...mais là, ...là ! Ji était carrément la personne qu'il aimait, celle avec qui au départ il voulait faire sa vie, mais qu'il a final fut la personne avec laquelle il passa le moins de temps.

Il regarde son frère à nouveau, le sourire en moins, le regard peut-être plus neutre, voir quelque peu froid en fait. Il finit par soupirer, il le sent bien ce malaise qui s'est installé entre eux et la distance même sans qu'elle soit physique qui les sépare....

Ji, je...c'est moi qui suis désolé de t'avoir blessé autrefois. Je n'ai jamais vraiment su pourquoi, mais quoi que j'ai pu faire ou dire, je m'en excuse, ça aura gâché toutes les années qu'on aurait pu vivre ensemble...haha, j'ai vraiment tout gâché hein ? Et puis je m'attendais à quoi en te cherchant dans toute l'île ? Que tu allais me sauter dans les bras ? Qu'on pourrait tout recommencer ?...désolé d'avoir été débile de croire ça. C'est vraiment bête hein ? La seule chose où je n'ai jamais eu de chance, c'est en amour, une des choses les plus importantes pour moi....

Bien qu'il lutte sans cesse pour ne rien laisser paraître, une larme roule sur sa joue alors qu'il se lève pour partir.

Bonne...bonne journée monsieur Lee...
avatar
MESSAGES : 4
un dealer de casino
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tristes ou heureuses retrouvailles ? [Feat. Hyo Jin Lee] Mer 24 Mai - 22:51
Ji Hyuk Lee
Je t'aime !! Je t'aime !!...Alors pourquoi est-ce que je te blesse tant ?
Hyo Jin Lee
Ji Hyuk Lee
La tristesse et le sentiment de tomber dans un précipice sans fin son intiment lié. Autant dire que l’un ne peut vivre sans l’autre. Souvent, la tristesse vient avant le désespoir et vice-versa. Tout est lié au hasard et aux aléas de la vie ne cessant de basculer de l’un à l’autre. Mais le pire, n’est pas quand vous ressentez ce genre de chose en même temps. Non loin de là, si ce n’était que ça, tout serait tellement plus simple. Le pire est quand vous avez ce sentiment avec en plus l’amour qui vient y mettre son grain de sable. Oui, ce sentiment si agréable mais qui de par la passion qu’il déchaine ne cesse de détruire les gens. Le pire est quand la passion est interdite. Regarder Phèdre qui tua son amant. Regarder Oedipe qui le fit avec sa mère dont il tomba amoureux après avoir tué son père et avant de s’être percé les yeux. Regardez-les et voyez donc, ce que peut créer la passion. Dans le cas des jumeaux, elle avait fait de si belles choses et permit de ressentir ce sentiment si incroyable et si… Si jouissant qu’il avait pris totalement en son sein certains. Ji n’était jamais sorti de ses bras. Il avait toujours souffert de ne plus pouvoir tomber amoureux sans penser à son frère. Toujours, il n’avait vu que lui. Finalement, ne se mentait-il pas aussi depuis tout ce temps à lui-même quand il disait qu’il ne souhaitait pas le revoir ? Sans doute mais il était si heureux quand il l’avait vu et si surpris qu’il en ait oublié la couleuvre noire qui se nourrissait de son amour… Il n’aurait pas voulu que cette chose reste dans son coeur mais il n’avait jamais rien fait pour se battre contre.

Ce compliment sur ses cheveux, ça serait mentir terriblement que de dire qu’il ne l’avait pas apprécié. Certes, la remarque sur le fait qu’ils étaient peu coiffés n’était pas plaisant vu le temps qu’il pouvait passer dessus… Mais les remarques d’après lui avaient fait terriblement plaisir. Il avait beaucoup aimé le fait qu’il lui dise qu’ils étaient doux… Oui, c’était un compliment qui lui était venu droit au coeur. Ou bien que les cheveux en bataille le rendaient mignon. Là aussi, il n’avait été que joie et allégresse en son for intérieur. Voire qu’il voulait connaître sa marque de shampoing alors… C’était vraiment...parfait. Et pourtant, cela ne semble être rien. Mais, c’était tout. Absolument tout pour lui. Il était si... Heureux… Mais en même temps, ça le blessait. Ils étaient là, comme si de rien n’était. Alors, il frappa sans même se rendre compte.

inalement, ce fut un geste qu’il regretta amèrement. Il n’avait jamais vu ce frère. Celui qui vous regardez avec ce regard neutre mais qui est rendu comme terriblement froid chez le jumeau amoureux. Jamais… Il ne l’avait pas vu le regarder ainsi… Jamais, il n’avait cru voir ce regard… Jamais, il n’aurait cru qu’il lui adresse ce regard. Mais il le sentait aussi, cette frontière qu’il avait lui-même construite. Pierre par pierre. Brique par brique…Finalement, ce qui devait le protéger l’avait plus fait souffrir et l’avait plus blessé. Il s’en rendait bien compte là. Mais si ce n’était que lui, ça irait. Mais… Ce pincement en coeur qui ne pouvait être que celui de sa moitié et qu’il ressentait… Ça ne pouvait être que celui d'Hyo. Il s’apprêtait à tendre la main pour essayer de briser cette muraille. 

Seulement son frère commença à parler. Et là, il se dégonfla… Pourquoi devrait-il s’excuser ? C’est lui le coupable…Celui qui a commencé à blesser… Bien sûr,’il ne pouvait pas savoir vu qu’il avait fermé la porte sans raison !….Il est celui qui a gâché les années…Hyo n’y est pour rien… Non, c’est lui…Il… Il’avait cherché . Alors que lui, il n’avait fait que fuir en ignorant tout bonnement et simplement le seul signe que pouvait lui faire son frère…Oui, il veut lui sauter dans les bras mais s’il n’était pas un idiot resté à l’adolescence et sur une vieille rancune dont l’origine vient de son problème… Il est le seul coupable pour elle... Il voulait aussi tout recommencer, tout reprendre à zéro... Ignorer ce jour dans la chambre où Hyo avait voulu le prendre comme tout amant normal... Ce n’était pas débile... Il n’était pas débile... Non, ce n’était pas bête... Rien n’était bête... Rien du tout ne l’était… Cette dernière phrase… La malchance n’avait-elle pas été de tomber sur un amoureux si compliqué que Ji…Mais lui… Il ne veut pas savoir ça…

C’est ce moment où vous vous rendez compte de tout le mal que vous avez causé. Ce moment où vous voyez enfin la véritable identité du coupable. Ça n’avait jamais été son frère qui avait détruit cette harmonie parfaite dans le couple... Mais lui……Il voyait le mal qu’il avait causé mais qu’il n’avait jamais osé assumer. Non, il n’avait jamais hurlé : « C’est ma faute ! Pas la tienne ! » Et là, il avait tout brisé… Tout gâché.

Cette dernière phrase et cette larme, elles lui donnèrent le coup fatal. Celui qui ne vous blesse pas mais qui vous montre à quel point vous avez blessé. Il n’avait jamais osé regarder en face cette vérité mais maintenant qu’il le devait... Il se dérobait…comme un lâche qui ne voulait que vivre malheureux et faire en sorte que son double subisse la même chose. Ses larmes commencèrent à couler au début doucement mais très rapidement à flot alors que sa main se décida enfin à traverser cette barrière qu’il avait lui-même construite. Il voulait fuir mais il savait le mal qu’il ressentirait lui comme son frère s’il le faisait. Il attrape la chemise d'Hyo se levant en même temps en donnant un violent coup à la table qui renversa un peu de café sur sa chemise. Mais, ça lui importait peu. Une chaise était lavable, l’amour n’était pas remplaçable.

Il se demanda quelle bêtise il faisait…Pourquoi le stopper..Bien que c’était clair pour lui. Il ne pouvait juste pas le laisser partir…Il ne pouvait pas tourner la page…Il ne pouvait plus tomber amoureux d’une autre personne que de lui.

« -..Ne sois pas idiot !! Tu as toujours été chanceux en tout ce que tu faisais ou effectuais ! Tu n’as jamais rien gâché !! Tout a toujours été parfait !! Tu avais raison de me chercher !!…….. »

Ensuite, il commença à parler d’une voix plus hésitante et sanglotante mais aussi moins forte avec ce léger rougissement qui exprimait pour celui ses sentiments pourtant si bien enfoui.

« ….Oui…..Je veux sauter dans tes bras……..Oui……On peut recommencer… »

Il serra un peu plus la manche comme pour l’empêcher de fuir. Comme s’il avait peur qu’en le lâchant, il finisse par disparaître comme il était apparu.

« ..Le seul qui soit responsable de tout ça et des blessures…C’est moi…. »

Il commença ensuite à craindre sa réponse. Il venait de faire le second pas mais qui lui disait que Hyo l’acceptait… Il venait de suffisamment le blesser pour que son frère sorte de son attitude joyeuse et rayonnante… Il venait de sans doute le détruire encore une fois... Alors, qui lui disait qu’il allait accepter ses mots… Et qu’il n’allait pas le laisser là, pitoyable. Et là où le bon vieux stéréotype veut que Ji Hyuk lâche la chemise de son frère lui disant qu’il comprendra s’il le laisse seul ici, ce n’est pas ce qui se produit. Il serra un peu plus la chemise y rajoutant sa deuxième main…Non... Il ne pouvait juste pas du tout le laisser fuir... Il ne pouvait pas laisser partir cette chose précieuse qu’il avait lui-même détruite. Il ne pouvait pas… Pas tant que l’objet de son amour ne lui dise d’abandonner et qu’il ne l’aimait plus. Il avait l’air sans doute ridicule dans son rôle d’amant blessant et amoureux mais c’était ainsi qu’il était.

avatar
MESSAGES : 12 HABITATION : Un simple petit appartement
un secrétaire
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tristes ou heureuses retrouvailles ? [Feat. Hyo Jin Lee]
Contenu sponsorisé
Tristes ou heureuses retrouvailles ? [Feat. Hyo Jin Lee]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Tristes ou heureuses retrouvailles ? [Feat. Hyo Jin Lee]
» Les plus heureuses retrouvailles {PV : Flamme/Plume/Moon/Sky}
» Moment détente et retrouvailles Feat Brooke D.
» Retrouvailles [Feat Thomas]
» Groupe 2 : Nos heureuses retrouvailles !


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING KIBOU :: Dans Kibou :: Yamamoto-
Sauter vers: